Breaking News

Haïti. C'est l'OFATMA qui doit 260 millions de gourdes aux hôpitaux privés

27 Juil 2017
2480 fois

 

Port-au-Prince. Jeudi 27 juillet 2017. Lenouvelliste/CCN. La dette de 260 millions de gourdes de l’État haïtien et de l’OFATMA envers les hôpitaux privés n’a rien à voir avec le Groupe santé plus (GSP), ancien gestionnaire du programme d’assurance de l’État haïtien, contrairement à ce qu’avait fait savoir le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, ex-directeur général de l’OFATMA.

Max Rudolph St-Albin, qui était au Parlement mardi pour répondre à une invitation de la commission spéciale chargée d’approfondir le rapport de la commission Éthique et Anticorruption du Sénat, avait fait savoir que « les 260 millions de gourdes de dettes envers les centres hospitaliers sont un héritage de la première gestionnaire des programmes d’auto-assurance des agents de la fonction publique qui est une compagnie privée ».

« C’est faux », a réagi Jean Danthon Morose sans vouloir défendre le Groupe santé plus avant que l’OFATMA ait pris la relève à partir du 1er octobre 2014. « Effectivement, la transition a été faite de manière désordonnée. Le GSP avait laissé 23 000 dossiers non traités ni payés », rappelle le P.D.G. de Medimax, soulignant que l’OFATMA n’avait pas voulu assumer ce passif du GSP. Il revenait donc aux prestataires de se débrouiller pour être acquittés par le ministre de l’Économie et des Finances. « Ceci a été un travail titanesque, un long combat avec plusieurs titulaires du ministère de l’Économie et des Finances. C’est le dernier ministre de l’Économie et des Finances sous l’administration Privert qui avait fini par nous payer », raconte Jean Danthon Morose. En gros, même s’il y a quelques médecins qui n’ont pas encore reçu la totalité de leur dû, la dette du GSP a été payée, grâce à la fourgue du ministre de l’Économie et des Finances de Privert, insiste le Dr Morose.

Il rapporte qu’en mars les nouveaux dirigeants de l’OFATMA ont pris les rênes de l’institution avec une « lourde dette de 268 millions de gourdes que l’ancien directeur général leur a laissée». Une dette que les actuels dirigeants n’ont pas l’intention de payer. Ils se sont engagés à payer les dettes accumulées à partir du mois de mars et non celles laissées par l’ancienne direction générale, selon Jean Danthon Morose qui dénonce du côté de l’OFATMA une « lourdeur administrative» dans le traitement des bordereaux envoyés par les prestataires de soins. Quand il y a ces retards, c’est tout le système qui est bloqué, soutient le P.D.G. de Medimax. Le réseau de prestataires de l’OFATMA est constitué d’une cinquantaine d’unités périphériques, d’hôpitaux en province et de médecins spécialistes qui fournissent des soins de santé à plus de 567 000 assurés budgétisés et leurs dépendants, contractuels et pensionnés de l’État haïtien.

Jean Danthon Morose conseille au gestionnaire du programme, l’OFATMA, d’accélérer la livraison de cartes d’accès au profit des bénéficiaires. La carte d’accès est très importante, declare le Dr Morose, faisant remarquer que l’absence de ce document retarde la prise en charge des assurés de l’État haïtien et les suivis administratifs.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires