Breaking News

Haïti. Une manifestation anti-gouvernementale émaillée de violences

02 Oct 2017
2643 fois

Port-au-Prince. Lundi 2 octobre 2017. Lenouvelliste/CCN. Fanmi Lavalas, Pitit Desalin, des organisations populaires et estudiantines ont manifesté dans les rues de Port-au-Prince ce samedi.

Cette manif, convoqué pour commémorer le coup d'état du 30 septembre 1991 contre Jean Bertrand Aristide, a été également l'occasion pour des milliers de manifestants de dénoncer la loi de finance 2017-2018 et de réclamer le départ du Président Jovenel Moise. Partis de l'église  St-Jean Bosco avant de longer l'autoroute de Delmas, des manifestants ont littéralement saccagé Pétion-Ville une fois arrivés. Ils ont lancé des pierres et des tessons de bouteilles sur certains bâtiments alors que des agents de sécurité qui s'y trouvaient faisaient feu en l'air. Les manifestants ont également cassé des pare-brises de plusieur véhicules à Pétion-Ville, Bourdon, Juvénat, Lalue, entre autres. Si les agents du CIMO ont encadré le parcours de la marche, la coordination avec les agents de la Police administrative pour cette manif a semblé peu évidente. Le Nouvelliste a même constaté un agent du CIMO réprimander un agent de la Police administrative parce que ce dernier tirait presqu'à hauteur d'homme. Des détonations ont été également entendus dans des maisons du quartier de Juvénat.

La Police ne peut pas encore fournir un bilan des interpellations. Joint au téléphone, le porte-parole de la PNH, Frantz Lerebours, a indiqué au journal que les opérations se poursuivent. Le bilan sera connu en début de soirée de ce samedi, a-t-il assuré. Toutefois, on a constaté l'arrestation d'un homme au niveau de Pont-Morin et de deux autres à l'intersection des Avenues John Brown et Martin Luther. Deux militants ont également été libérés au niveau du sous-commissariat de Canapé-Vert, après l'intervention du Sénateur Antonio Cheramy, fer de lance de la fronde anti-budget au Sénat. Plusieurs blessés ont été aussi remarqués.

Quelques centaines de manifestants, après les incidents de Pétion-Ville et de Juvénat, ont pris la décision de se rendre au Centre-ville de Port-au-Prince contre vents et marrées. C'était sans compter sur les agents du CIMO qui ont distribué du gaz lacrymogène à tout va. Des scènes de panique ont été répertoriées au Champ-de-mars et ses environs. Des riverains qui ont inhalé du gaz lacrymogène n'ont pas manqué de cracher leurs colères. 

Cette manifestation du samedi 30 septembre intervient alors que l'administration Jovenel-Moise vient de renoncer en 24 heures à plusieurs sources de recettes avant l'entrée en application de cette loi de finance dès ce 1er octobre. C'est du pipi de chat, selon Jean Charles Moïse, farouche opposant à Jovenel Moïse. "Il fait des modifications en catimini mais le problème reste entier. Et là je fais référence à la situation des ouvriers de la sous-traitance, la révocation en masse des employés du CNE et de l'OAVCT, sa volonté de former l'armée d'Haiti et le Conseil électoral permanent au service de la bourgeoisie et de la communauté internationale. Cette fois, plus question de dénoncer le budget, nous réclamons le départ de Jovenel Moïse", a balancé l'ancien Maire de Milot. Jean Charles Moise, pour la seconde fois, promet de fermer le pays afin de contrer le locataire du Palais national à abandonner le navire. "Ce n'est pas un jeu. Il y a des manifestations un peu partout à travers le pays, notamment au Cap-Haitien, à Ouanaminthe et à Trou-du-Nord. Il y aura grève lundi et mardi. Anplis, nap fèmen peyi a. Anwo pap monte anba pap desann", a-t-il menacé. 

L'ancien Sénateur du Sud, Yvon Feuillé, membre du comité exécutif de Fanmi Lavalas, a souligné que cette manifestation rend hommage à tous les victimes du coup d'état sanglant de 1991. De plus, Feuillé dénonce lui aussi la loi de finance 17-18. "Jovenel Moïse est arrivé au pouvoir par un coup d'état électoral, maintenant il veut faire adopter un budget en dehors des règles prescrites dans la constitution. Cela ne passera pas. Sur le macadam, Fanmi Lavalas accompagne la population dans sa mise en accusation de cette équipe gouvernementale", a-t-il dit.

Url de cet article : http://lenouvelliste.com/article/177141/une-manifestation-anti-gouvernementale-emaillee-de-violences

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires