Breaking News

Haïti. Secteur électrique : Changements et d'autres réformes sont en vue après l'examen auprès du FMI

16 Oct 2017
2373 fois

Port-au-Prince. Lundi 16 Octobre 2017. Lenouvelliste/CCN. De passage à Washington cette semaine pour prendre part aux assemblées annuelles du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, le ministre de l’Economie et des Finances, Jude Alix Patrick Salomon (JAPS), annonce la renégociation prochaine des contrats actuels des fournisseurs privés de courant à l'État haïtien et une grande réforme de l’EDH.

Le ministre, joint par téléphone par le journal depuis Washington, vendredi soir, a confié avoir eu beaucoup de discussions avec le FMI sur le dossier de l'énergie, entre autres, afin d'arriver à la réforme de l'ED'H. Et pas que. "On a aussi discuté des IPP'S, les fournisseurs privés de courant électrique à l'Ed'H", a-t-il dit.

"Il faudra que l'on discute avec les partenaires, les producteurs d'énergie électrique pour essayer d'améliorer les contrats pour un peu préserver l'avenir des relations avec les Ipp's qui, quand même, nous fournissent l'énergie électrique jusqu'ici. L'énergie est fournie à un prix trop coûteux, c'est certain. On doit discuter avec eux pour voir comment faire évoluer les contrats vers des conditions qui répondent à des normes internationales", a indiqué Jude Alix Patrick Salomon, soulignant que très rapidement "une équipe de négociation" sera mise sur pied.

"On va certainement s'appuyer sur des spécialistes de la communauté internationale pour aider à installer ce dialogue qui va nous nous permettre de négocier une entente avec les fournisseurs privés. En Haïti, on a tendance à aller vers le tout ou rien alors qu'en fait la négociation, parfois, permet de préserver les relations d'avenir parce qu'on est condamné à vivre dans le même pays.

Se voulant rassurant, le ministre JAPS laisse entrevoir la possibilité que de nouveaux contrats supplémentaires pour acheter de l’énergie électrique puissent être négociés tantôt.

« Pourquoi se mettre hors-jeu aujourd'hui pour quelques kilowatts alors qu'il y a des centaines de kilowatts en jeu pour plus tard ?", a longuement expliqué au journal le ministre de l'Economie et des Finances, Jude Alix Patrick Salomon.

Parti depuis le week-end dernier, le ministre a déclaré qu’il a eu avec le FMI beaucoup de discussions. « On a besoin de réformer l'Ed'H, de refaire le réseau qui est vétuste et qui provoque des pertes techniques de plus de 25% alors qu'en moyenne cela devrait être de 3 à 5 %. Il y a des efforts de gestion que l'Ed'H doit faire notamment pour la facturation et le recouvrement. Il y a des efforts de gestion à faire au niveau de toutes les dépenses de fonctionnement de l'Ed'H. Il y a des efforts de mobilisation de fonds pour la remise à niveau du réseau et pour une production plus forte d'énergie électrique”, a expliqué JAPS, qui souligne qu'Haïti, depuis un certain temps, s'est engagée dans des efforts pour les réformes fiscales et de bonne gestion.

Selon les informations dont dispose Le Nouvelliste, les discussions de cette semaine avec le FMI et la Banque mondiale s’inscrivent dans le cadre d’un plan de recherche de financement auprès de la communauté internationale pour l’ambitieux projet du courant 24/24 avant 24 mois du président Jovenel Moïse.

Le gouvernement haïtien et les partenaires impliqués dans le développement sont d’accord sur le fait que la croissance économique et sociale durable est l’objectif premier à atteindre. En ce sens, les autorités haïtiennes et le FMI s’engagent à travailler pour finaliser un accord dans les six mois sur le programme de monitoring.

Dans le cadre de ce programme, les politiques fiscales se concentreront sur la mobilisation de ressources domestiques pour générer les ressources financières en vue d'augmenter les investissements publics dans la santé, l’éducation et les services sociaux. Ce programme bénéficiera du support de partenaires pour renforcer les financements concessionnels dans des secteurs clés, stratégiques et l’implémentation de réformes structurelles en faisant la mitigation des impacts sociaux afin d’en assurer le succès, lit-on dans un communiqué du FMI qui évoque des discussions bilatérales et multilatérales avec des leaders d’institutions impliquées dans les efforts de développement en Haïti et la délégation de la République d’Haïti dirigée par le ministre de l’Économie et des Finances Jude Alix Patrick Salomon, composée entre autres du ministre de la Planification et de la Coopération externe, Aviol Fleurant, du gouverneur de la banque centrale, Jean Baden Dubois.

Ce programme, a poursuivi le communiqué en anglais, est conçu pour construire des références afin de supporter une prochaine requête du gouvernement haïtien pour un arrangement avec le FMI afin de trouver une extension des facilités de crédit. Le gouvernement haïtien et les partenaires intervenant dans le champ du développement se sont mis d’accord pour coordonner leurs efforts afin d'aborder les goulots d’étranglement, les problèmes structurels et effectuer des réformes dans le secteur de l’énergie avec l’Ed’H qui a accumulé ces dernières années des pertes en hausse évaluées à la moitié du déficit public.

Ces réformes, a détaillé le communiqué, incluent plus de flexibilité dans la facturation des fournisseurs, la réduction des coûts administratifs, l’amélioration du niveau de facturation et de paiement, la réhabilitation et l’extension du réseau national et la transition vers des sources d’énergie alternatives à plus bas coût.

Le gouvernement haïtien et les partenaires de développement ont aussi identifié l’amélioration de la gestion des finances publiques comme un élément crucial pour assurer la soutenabilité de la dette à long terme. La mobilisation des ressources domestiques et le renforcement institutionnel sont également des priorités, a également informé le communiqué

Les représentants du gouvernement haïtien ont cité l’agriculture, les routes et les infrastructures d’adduction d’eau potable, la reforestation, la production de semences, des logements pour les gens à bas revenus, les technologies de l’information, la formation professionnelle et technique sont des secteurs où il y a de grands besoins de support, selon ce communiqué.

Les parties ont noté le besoin pour le gouvernement haïtien de faciliter la création d’un climat stable dans le but de faciliter les investissements et les opportunités économiques. Les parties s’accordent pour maintenir un engagement fort en faveur du momentum pour la réforme et le développement en Haïti, a poursuivi le communiqué.

En vue de faciliter les investissements et faire un usage optimal des ressources domestiques et celles de partenaires de développement, le gouvernement haïtien s’engage à développer, en coopération avec les acteurs locaux et les partenaires internationaux, un plan d’investissement à long terme afin de séquencer les priorités et les besoins d’investissement, a informé le communiqué.

Les partenaires de développement et le gouvernement haïtien se sont engagés à joindre leurs efforts pour renforcer les réformes et l’implémentation des projets afin de conduire le pays sur le sentier de la croissance durable, inclusive et la réduction de la pauvreté, selon le communiqué, qui informe que la rencontre avec le FMI a été convenue entre le président Jovenel Moïse et la directrice du FMI en marge de la récente Assemblée générale de l’ONU à New York.

Roberson Alphonse

Url de cet article : http://lenouvelliste.com/article/177766/tout-va-changer-dans-le-secteur-electrique-et-dautres-reformes-sont-en-vue-apres-lexamen-aupres-du-fmi

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires