Breaking News

Haïti. Les sources de financement du courant 24/24 de Jovenel Moïse dévoilées

23 Oct 2017
4062 fois

Port-au-Prince. Lundi 23 Octobre 2017. Lenouvelliste/CCN. Le volet financement du plan du président Jovenel Moïse pour électrifier le pays 24 heures sur 24 en 24 mois, suite à sa promesse faite à Miami en juin dernier et ressassée depuis lors tel un leitmotiv, ne constitue plus une zone d’ombre.

Grâce à Evenson Calixte, conseiller spécial de la présidence en énergie, rencontré ce vendredi en marge de la clôture du 9e forum caribéen sur les énergies renouvelables (CREF 2017), qui se déroule depuis mercredi au JW Marriott Marquis, à Miami, on en sait un peu plus sur la mobilisation du fonds nécessaire au financement du projet ambitieux de la présidence.

Un mois très exactement après qu’Evenson Calixte a révélé en quoi consiste les trois axes majeurs du plan du chef de l’État pour donner le courant électrique 24 h sur 24 à l’occasion du Forum sur la compétitivité et l’investissement (FCI), où il faisait office de modérateur du panel de discussions sur l’énergie, le conseiller en énergie de la présidence a récidivé en confiant exclusivement au journal Le Nouvelliste les tenants et aboutissants des sources de financement envisagées par la présidence.

« La première source de revenus dont on dispose, c’est les clients », a d’entrée de jeu révélé le conseiller Calixte s’interrogeant toutefois sur l’investissement minimal à consentir pour fournir une énergie de qualité qui permettrait aux gens à leur tour de payer. A cet auto-questionnement, il répond que ce montant minimal, capable d’inciter les gens à payer, peut provenir des prêts concessionnels que l’État peut faire.

« Nous avons reçu des propositions des gens qui veulent investir sur toute la chaîne de production : dans le transport, la distribution, la commercialisation. Les outils financiers aussi sont là. Nous allons bouger avec des prêts concessionnels et avec des gens qui croient dans le pays et qui veulent investir », déclare péremptoirement Évenson Calixte reconnaissant qu’il sera très difficile à l’État de mettre ses ressources propres dans le montage des réseaux dans des zones qui ne sont pas commercialement viables.

« C’est la partie la plus difficile », souligne-t-il avant de préciser que, par contre, dans les zones commercialement viables, les gens veulent faire du business. Donc, selon lui, « le financement ne sera pas un financement public. Ce sera un financement privé ». À Port-au-Prince, par exemple, les gens font de l’autoproduction à 31 cents par kilowatt/heure. « Il y a un marché viable pour n’importe quelle compagnie qui veut passer à 18 cents.

Évidemment, il y a un risque que les gens ne paient pas. Une fois qu’on aura changé cette perception que les gens ne payent pas, or je sais que les gens paient, automatiquement le risque diminue en termes de recouvrement », explique longuement Évenson Calixte notant que, du même coup, le taux d’intérêt bancaire pour ces projets-là va diminuer aussi.

Par ailleurs, le professeur d’université rappelle la nécessité de s’organiser autour d’un plan cohérent et de faire comprendre aux gens que l’électricité n’est pas une commodité gratuite. « C’est un service public payé et payant comme l’eau, le service téléphonique », signale Évenson Calixte. « L’Ed’H étant en déficit, quel montant minimal faut-il investir au sein de la compagnie pour la rendre rentable, pour arriver à l’équilibre financier? », s’interroge le conseiller de la présidence faisant des investissements une condition sine qua non pour y arriver.

En ce sens, le professeur Calixte affirme avoir eu des rencontres avec plusieurs partenaires disposés à octroyer des prêts concessionnels pour réhabiliter l’Ed’H et pour la permettre de générer des revenus qui vont être réinvestis pour faire marcher la boîte.

Url de cet article : http://lenouvelliste.com/article/178015/les-sources-de-financement-du-courant-24-sur-24-de-jovenel-moise-devoilees

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires