Imprimer cette page

Haïti. La caravane sauvera-t-elle Port-au-Prince des déchets ?

19 Jan 2018
2661 fois

Port-au-Prince. Vendredi 19 Janvier 2018. Lenouvelliste/CCN. Port-au-Prince accueille les 11, 12 et 13 février prochains le carnaval national, la plus grande fête populaire du pays. Si rien n’est fait, les couleurs des festivaliers feront un drôle de contraste avec les ordures qui font la loi à Port-au-Prince.

Mais, quatre jours avant les festivités, soit le 7 février, Jovenel Moïse célébrera son premier anniversaire au pouvoir. À l’occasion, le chef de l’État a décidé – comme il l’a annoncé depuis plusieurs semaines – d’amener sa « Caravane du changement » dans l’Ouest, ce programme qu’il croit être la solution aux principaux problèmes du pays.

Dans certaines villes, on vante les bienfaits de la Caravane du changement qui permet de construire ou d’asphalter des tronçons de routes, de curer des rivières. Dans d’autres régions, c’est un programme mal-aimé pour sa gestion opaque. Un programme qui n’achève pas des travaux entamés ou les bâcle. Quoi qu’il en soit, la Caravane du changement arrive à Port-au-Prince sous peu avec pour objectif entre autres d’assainir la capitale et des communes avoisinantes. Pour une capitale aussi sale avec des autorités municipales dépassées, la caravane ne peut être que bienvenue.

Aurons-nous enfin une capitale (plus) propre ? Pour préparer l’arrivée du programme, si on peut l’appeler ainsi, le président de la République et les maires de la zone métropolitaine se sont d’ailleurs rencontrés la semaine passée au palais national. Des équipements, des équipements et des équipements. Pour les autorités municipales, c’est ce qui manque pour assainir Port-au-Prince qui croule sous des tas d’immondices. La mairie de Port-au-Prince sera dotée de six camions compressifs de plus pour le ramassage des ordures. C’est le rôle de la mairie de nettoyer la commune. Les citoyens payent leurs taxes, c’est le plus grand service qu’une municipalité puisse leur rendre.

En plus des équipements, il faudra une réelle volonté, des employés motivés, des moyens et de la compétence pour lutter contre l’insalubrité. Il faudra rappeler aux responsables que le ramassage d’ordures est un travail permanent. Que la gestion des déchets nécessite une réelle politique publique. Qu’il faudra bien plus que des actions « pompier ». Des mesures drastiques (des décrets et des lois) doivent être prises contre les producteurs des déchets qui salissent les rues et les places publiques.

Après la promesse non tenue de la directrice du Service métropolitain de collecte des résidus solides (SMCRS), Magalie Habitant, de nettoyer Port-au-Prince en début d’année, la caravane pourra-t-elle sauver Port-au-Prince des déchets ? Si les sceptiques répondent catégoriquement non, d’autres préfèrent accorder le bénéfice du doute au chef de l’Etat qui jure de tenir toutes ses promesses, même les plus inimaginables.

Source de cet article : http://lenouvelliste.com/article/182057/la-caravane-sauvera-t-elle-port-au-prince-des-dechets

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Dernier de CCN