Breaking News

Haïti. Condamner les propos de Trump ou réclamer le départ de Jovenel Moïse, l’opposition désunie

23 Jan 2018
2401 fois

Port-au-Prince. Mardi 23 Janvier 2018. Plusieurs centaines de protestataires ont gagné les rues de la capitale à l’appel de plusieurs leaders de l’opposition ce lundi. L’agenda de ce rassemblement variait en fonction des « ailes » formant l’opposition politique.

Pour Jean Charles Moïse, il s'agit d’une manifestation pour dénoncer les propos de Donald Trump sur Haïti et du même coup pour demander le départ de Jovenel Moïse. En revanche, l’opposition démocratique et populaire, dirigée, entre autres la branche de Schiller Louidor et André Michel, parle d’une marche pour uniquement dénoncer les propos de Trump.

Selon Jean Charles Moïse, qui a été vu au rassemblement du début à la fin, les déclarations du président américain traitant Haïti de pays de merde méritent une manifestation comme réponse proportionnelle. « Nous ne sommes pas là pour organiser une marche. Ce n’est pas suffisant. L’autre secteur pense qu’il faut organiser une marche dans laquelle on va implorer Dieu pour les déclarations de Donald Trump. Je ne pense pas que cela soit la meilleure réponse. Nous manifestons contre les déclarations de Trump et pour le départ de Jovenel Moïse », ajoute-t-il. L’ancien maire de Milot, brandissant un drapeau noir et rouge durant tout le parcours, rappelle à Donald Trump le rôle historique des Haïtiens dans la bataille de Savannah. « Sa déclaration prouve qu’il ne comprend pas l’histoire », critique-t-il.

Interrogé sur une possible division au sein de l’opposition, Jean Charles Moïse objecte: «Tel n’est pas le cas, avance-t-il. Le peuple haïtien sait qui écouter. Il y a des gens dont le temps est révolu. Ils ont réalisé de maigres scores lors des dernières élections. Maintenant, ils cherchent des prétextes pour exister. Ils vacillent », dénonce-t-il. Jean Charles Moïse invite Donald Trump à s’excuser auprès du peuple haïtien. Sinon, les manifestations vont continuer, avertit-il, non loin d’un imposant dispositif de sécurité érigé par la PNH à plusieurs centaines de mètres de l’ambassade américaine à Tabarre.

Après les propos de Jean Charles Moïse, les leaders de l’opposition démocratique et populaire se sont rendus devant les locaux de l’ambassade américaine pour leur déclaration finale. Cette fois, le drapeau officiel bleu et rouge a été remarqué. La note a été lue par le député d’Aquin, Jean-Robert Bossé. Celui-ci était accompagné d’André Michel, Schiller Louidor, Nènèl Cassy, Printemps Bélizaire, Marjorie Michel. « Aujourd’hui, nous sommes devant les locaux de l’ambassade américaine pour nous adresser à Donald Trump. Nous voulons lui dire qu’Haïti a une belle histoire dont il devrait s’enquérir. Nous sommes le premier peuple noir indépendant. Il est important que Donald Trump sache qu’Haïti est la mère de la liberté. Aujourd’hui, alors que nous remercions tous ceux qui ont condamné les propos racistes de Trump, nous reconnaissons qu’il existe un problème dans notre pays. Ceux qui nous dirigent n’ont pas assez de courage pour défendre la dignité du peuple haïtien. Le président haïtien et le Premier ministre ne peuvent même pas répondre au président américain tant ils sont soumis aux pays impérialistes », a fait savoir Jean-Robert Bossé.

Le parlementaire a souligné que le secteur démocratique et populaire poursuivrait la lutte dans les jours qui viennent. « Nous portons un discours bien ancré dans la réalité du pays. Nous prenons l’engagement devant le peuple et devant la communauté internationale afin de combattre ce système établi en Haïti après la mort de Jean-Jacques Dessalines (père de la nation). Ce système maintient 90% de la population dans la misère, produit un État incapable de défendre la dignité du peuple et apporte la corruption », a-t-il fait savoir. Jean-Robert Bossé, ainsi que les autres membres de l’opposition démocratique et populaire n’ont pas répondu aux questions des journalistes. Une conférence de presse est programmée pour ce mardi. Cette journée de protestation s’est déroulée sans grands incidents. Les agents de la PNH ont été aperçus du début à la fin.

Url de cet article : http://lenouvelliste.com/article/182181/condamner-les-propos-de-trump-ou-reclamer-le-depart-de-jovenel-moise-lopposition-desunie

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires