Imprimer cette page

Haïti. Le gouvernement cherche le support de l’OEA pour les Forces armées d'Haïti

25 Jan 2018
2434 fois

Port-au-Prince. Jeudi 25 Janvier 2018. Lenouvelliste/CCN. Après avoir tenté de lancer le recrutement de soldats et nommé un géneral en chef sans état-major, le ministre de la Défense Hervé Denis a plaidé la cause des Forces armées d'Haïti devant le Conseil permanent de l’Organisation des États américains (OEA) ce mercredi à Washington.

« L’avenir de la démocratie haïtienne dépend en grande partie de l’instauration d’un environnement sociopolitique sécuritaire, stable et viable qui passe inéluctablement par l’institutionnalisation d’une armée nationale, hautement professionnelle, isolée de l’arène politique, avec pour mission principale la défense de l’intégrité territoriale, la protection des frontières et la gestion des situations d’urgence post-désastres », tel est le message du gouvernement haïtien à l’OEA à travers le ministre de la Défense.

Devant le Conseil permanent de l’organisation hémisphérique, mercredi, Hervé Denis a tenté de convaincre les membres de l’OEA sur la remobilisation des Forces armées. Le gouvernement veut avoir le support des États membres et des autres partenaires internationaux ayant des rapports avec l’OEA.

« J’ai sollicité votre indulgence en vue de m’adresser à votre assemblée dans le cadre de la toute première session du Conseil permanent de l’OEA pour l’année 2018, non pas dans l’optique de vous parler des problèmes de mon pays, mais surtout pour vous entretenir des efforts de solution entrepris par la République d’Haïti, avec l’appui indéfectible de nos partenaires et amis de la région des Amériques. Ainsi, suis-je venu vous parler de solution, avec l’intime conviction que celles-ci seront d’autant plus efficaces, si nous continuons à les mettre en œuvre ensemble, avec le ferme appui de tous », a discouru le ministre.

Hervé Denis a remercié la Junte interaméricaine de défense qui a assisté Haïti dans l’élaboration du Livre blanc sur la sécurité et la défense nationale pour le développement économique et social durable d’Haïti. « …le Livre blanc pose la première pierre et jette les fondations pratiques d’un édifice à la fois solide et nécessaire en vue de répondre aux grandes préoccupations du peuple haïtien en matière de sécurité et de défense », a-t-il dit, soulignant que la Constitution haïtienne prévoit deux forces sur le territoire national : la police et l’armée.

Il a souligné les grands axes de la nouvelle vision stratégique guidant les travaux ayant conduit à l’élaboration du Livre blanc. D’abord, selon le ministre Denis, il s’agit de concevoir une force publique pour une Haïti qui se veut « un État démocratique où l’être humain, sa dignité, sa liberté, sa prospérité, et sa sécurité constituent des axes sans exclusion d’aucune sorte, conformément aux vœux des pères fondateurs de la patrie ».

Ensuite, poser les conditions d’une Haïti conçue comme « un État de droit qui promeut la paix à travers la démocratie et qui respecte ses engagements régionaux et internationaux ». Troisièmement, articuler la conception d’une force publique haïtienne autour de la vision d’un « État économiquement équitable et socialement moderne, qui consolide ses institutions et qui accorde une importance prioritaire à l’environnement ».

« En résumé, il s’agissait de concevoir la force publique pour une Haïti souveraine, pacifique et orientée vers le développement économique et social durable, et mue par la volonté de protéger ses citoyens contre tout risque et contre toute menace », a affirmé Hervé Denis.

Il a rappelé que c'est le président Michel Martelly qui, le 7 février 2014 avait sollicité l'expertise de la Junte interaméricaine de défense dans l’élaboration du Livre blanc.

Après la finalisation du Livre blanc, le ministre estime que le temps est maintenant venu pour l’OEA de donner à Haïti les moyens pour implémenter. En tout cas, c’est ce qu’il a appelé au Conseil permanent de l’organisation hémisphérique.

Selon le ministre, l’initiative du Président de la République d’Haïti de rétablir l’armée d’Haïti avec une nouvelle orientation est un impératif en vue de répondre aux besoins de protection de la population face aux désastres naturels. «…nous posons la défense de notre nation en des termes essentiellement dissuasifs et défensifs, tournés autour de la protection contre les menaces à son existence et à sa survie », a-t-il dit.

« Dans le contexte spécifique de notre pays, il est fondamental de reconstruire l’armée, en accord avec les prescrits constitutionnels et en mettant l'accent sur ses missions de protection des frontières, d’intervention rapide en cas de catastrophes naturelles et d'actions de surveillance permanente des infrastructures critiques et stratégiques du pays, ainsi que des moyens de communication nationaux »,a avancé Hervé Denis.

Il a aussi plaidé pour une police professionnelle ayant la capacité préventive associée à la neutralisation de la délinquance générale, et pouvant assurer les conditions de sécurité urbaine, pour une atmosphère de tranquillité et de paix sociale durable en harmonie avec les objectifs nationaux.

Vingt-quatre heures avant son intervention devant le Conseil permanent de l’OEA, le ministre haïtien de la Défense a rencontré le Conseil des délégués de la Junte interaméricaine de défense pour solliciter un appui technique dans l’implémentation des recommandations du Livre blanc.

Url de cet article : http://lenouvelliste.com/article/182323/apres-un-lancement-rate-le-gouvernement-cherche-le-support-de-loea-pour-les-forces-armees-dhaiti

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Dernier de CCN