Breaking News

Haïti. Le « cadeau » que Jovenel Moïse attend de Privert avant son départ…

03 Fév 2017
2900 fois

Port-au-Prince. Vendredi 3 Février 2017. Lenouvelliste/CCN. René Préval l’avait fait pour Michel Martelly en 2011 avant de lui céder le pouvoir. Jovenel Moïse espère l’obtenir aussi de Jocelerme Privert avant le 7 février. L’augmentation des prix des produits pétroliers sur le marché national. Un cadeau que l’ancien sénateur des Nippes semble rechigner encore à faire à son successeur 4 jours avant l’investiture de l’élu du PHTK.  

La subvention des produits pétroliers par l’État haïtien a des impacts sur les finances publiques, a fait savoir au Nouvelliste Guichard Doré, l’un des conseillers du président élu Jovenel Moïse. « Je ne saissi ce dossier a été discuté entre Jocelerme Privert et Jovenel Moïse, mais n’importe quel président arrivé au pouvoir doit aborder ce problème », a-t-il dit.

Guichard Doré plaide pour une fluctuation des prix sur le marché local selon que le prix du pétrole monte ou descend sur le marché international. Il a souligné que l’État subventionne le carburant pour ceux qui ont les moyens de l’acheter.  

Une autre source proche de Jovenel Moïse, sous le couvert de l’anonymat, estime que ce sera une bonne chose si le président Privert, avant de laisser le pouvoir, réajuste les prix de l’essence sur le marché local en concertation avec les associations syndicales concernées.

Sur ce point, Jocelerme Privert ne se montre pas trop enthousiaste. Il a rappelé quand il avait pris la décision de réajuster les prix des produits pétroliers, beaucoup de gens étaient contre. « Il y avait une résolution au Sénat de la République qui nous avait demandé de faire machine arrière dans ce dossier. Quel que soit le scénario, aujourd’hui ou demain, le pays ne peut plus continuer à subventionner les prix des produits pétroliers », a-t-il dit le dimanche 29 janvier sur Radio Magik9 sans pour autant annoncer qu’il allait réajuster les prix de l’essence avant de partir le 7 février prochain. 

« Il était une obligation à ce que l’État diminue la subvention qu’il octroie aux utilisateurs. Ce qui veut dire, je n’ai pas les chiffres en tête, que chaque fois que vous achetez un gallon d’essence à 240 gourdes, l’État vous fait cadeau de 80 gourdes. Pendant les trois dernières années, l’État a enregistré un déficit de 21 milliards de gourdes parce qu’il faisait cadeau de 80 gourdes sur chaque gallon d’essence », avait-il expliqué au début du mois de janvier dans une interview accordée au Nouvelliste.

« Quand un chauffeur de camionnette achète un gallon d’essence, l’État lui donne 80 gourdes. Quand un homme qui a une centrale de 4 mégawatt achète 10 000 gallons de carburant, l’Etat lui donne dix mille fois 80 gourdes. Qui a donc gagné? Qui en est affecté ? Est-ce que c’est celui qui a la camionnette ou celui qui possède la grande centrale? », avait-il schématisé. 

Face aux pressions du Parlement, des partis politiques, des syndicats, des étudiants…, le gouvernement avait été obligé de se rétracter après avoir réajusté les prix de l’essence à la pompe au cours du mois d’août de 2016. A ce moment-là, l’augmentation était de l’ordre de 30 gourdes sur la gazoline, 30 gourdes sur le diesel et 25 gourdes sur le kérosène qui se vendaient et se vendent encore respectivement à 219 gourdes, à 179 gourdes et à 173 gourdes.

À la fin du mois d’août dernier, des membres du gouvernement, les techniciens du ministère de l’Économie et des Finances, lors d’une rencontre de travail avec les syndicats de transport, ont avancé cinq hypothèses d’augmentation des prix du carburant. Ils ont d’abord considéré un taux d’échange fixe de l’ordre de 65,8 gourdes pour un dollar américain. Avec une augmentation de 30 gourdes sur la gazoline, 30 gourdes sur le diesel et 25 gourdes sur le kérosène, l’État économisera 3,44 milliards de gourdes, d’où la première hypothèse déjà rejetée. Ensuite, les autorités proposent une augmentation de 25 gourdes sur la gazoline, 22 gourdes sur le diesel et 15 gourdes sur le kérosène, puis une proposition d’augmentation de 20 gourdes sur la gazoline, 20 gourdes sur le diesel et 15 gourdes sur le kérosène. La quatrième proposition consiste à augmenter la gazoline et le diesel à 16 gourdes et le kérosène à 12 gourdes. Enfin, la dernière proposition consiste à augmenter la gazoline, le diesel et le kérosène de 15 gourdes le gallon. 

À cause de la rentrée des classes en septembre, puis l’organisation des élections, les autorités et les syndicats n’avaient jamais pu finaliser les discussions.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires