Breaking News

Haïti. Faute de budget, le Centre de surveillance sismique est paralysé

10 Fév 2017
3034 fois

Port-au-Prince. Vendredi 10 Février 2017. Lenouvelliste/CCN. Des secousses, les unes plus fortes que les autres, ont été ressenties lundi dans plusieurs zones de l’aire métropolitaine.

Ce tremblement de terre a provoqué la panique dans le quartier résidentiel de Débussy. Dans une salle, à Domino’s, où le CBNDF donnait une conférence de presse annonçant la 5e caravane mariale en l’honneur des 100 ans des apparitions de la Vierge Marie à Fatima, la puissance des secousses a enlevé des carreaux de céramique. Tout ce qui s’y trouvait a véritablement bougé. Les mauvais souvenirs du tremblement de terre de 2010 ont refait surface. Dans un brouhaha, plusieurs journalistes qui couvraient l’évènement, tout en essayant de sortir se mettre à l'abri à l'extérieur, sont sortis blessés et leur matériel endommagé. La 4e secousse, la plus forte, a carrément suscité l’affolement.  

Cependant, le Centre de surveillance sismique ne sait rien de tout cela. Au fait, depuis environ 10 mois, le Centre est incapable d’enregistrer et d’interpréter les secousses. Il est non fonctionnel à cause d’un problème de budget », a expliqué l’ingénieur-géologue Claude Prépetit, responsable de cette structure du Bureau des mines.

Le réseau n’est pas fonctionnel à cause d'un problème d’Internet. Les responsables ne règlent pas leurs factures. Et la compagnie téléphonique Natcom s’est vue contrainte de couper les signaux d’Internet, a en croire Claude Prépetit, soulignant, qu'il n’y a eu aucun décaissement pour le budget 2015-2016. 

Pourtant, rapporte Claude Prépetit, il est important de surveiller les failles. Il soutient qu’à n’importe quel moment, le pays peut recevoir une secousse pareille à celle de 2010, affirmant que la sismicité est très active. Le géophysicien Newdeskarl Saint-Fleur, qui a mené une étude sur la sismotectonique de la faille Enriquillo, prétend avoir découvert, près de l'épicentre du séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter, en 2010, la jeune faille inverse de Lamentin qui découpe les récifs coralliens de la baie de Port-au-Prince dans une direction Ouest-Nord-Ouest – Est-Sud-Est.

Joint au téléphone par le journal, le responsable du Centre de surveillance sismique affirme qu’il va entreprendre des démarches auprès de la nouvelle administration afin de dégager un budget pour le fonctionnement du centre. Depuis sa création en 2010, le réseau fonctionne à partir du budget d’investissement de la République.

Le réseau de surveillance dispose de cinq stations installées à travers le pays et des équipements pour six autres qui ne sont pas encore installées. Le centre a besoin de 6 à 7 millions de gourdes l’an pour fonctionner plus ou moins normalement. Chaque trimestre, une vingtaine de secousses sont enregistrées dans le pays. 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires