Breaking News

Haïti. Sans moyens, Port-au-Prince a dansé son carnaval

02 Mar 2017
2574 fois

Port-au-Prince. Jeudi 2 Mars 2017. Lenouvelliste/CCN. Youri Chevry peut s’enorgueillir d’avoir, tout de même, organiser le premier carnaval de sa carrière. Sans grand support du secteur privé ni de l'Etat, les deux occupés à fêter aux Cayes, le maire de Port-au-Prince a réussi, au-delà de toutes les esperances, son pari.  

Du 26 au 28 février 2017, Port-au-Prince a eu ses trois jours de réjouissances populaires grâce à la volonté de fer du maire et de sa petite équipe. Baptisé ‘’An n fè Ayiti reviv’’, cette édition qui a dû concurrencer le carnaval national des Cayes a laissé entrevoir des innovations noyées dans le manque de moyen. 

Le rêve était grand et les ambitions d’épater tout un pays étaient là dans le projet de départ du comité du carnaval de Port-au-Prince. Youri Chevry, nouveau maire élu et investi du pouvoir constitutionnel de décider pour sa commune, voyait en l’édition 2017 un nouveau départ pour la capitale qui, depuis 2010 a perdu son titre de berceau du carnaval haïtien. Depuis l’ère Tèt kale, le Champs de Mars n'est plus qu'une option parmi tant d’autres. Même si dans leurs méringues carnavalesques, les groupes ne cessent de crier « Channmas n ap monte. Channmas men djaz ou », d’autres villes du pays partagent désormais le privilège de recevoir cette ambiance populaire qu'est le carnaval. 

Cette année, le projet ambitieux de la mairie de Port-au-Prince s’est envolé en fumée. Concurrencer par le carnaval national retenu dans la ville des Cayes, selon les ordres de la présidence. Handicapé par un budget prévisionnel considérablement réduit à quatre-vingt millions de gourdes, contrairement aux 140 millions auxquelles on faisait allusion auparavant, l’envergure envisagée par les dirigeants de la capitale a été rapidement revue à la baisse.

Avec seulement six chars dont un seul vrai ténor (Barikad Crew), une quantité infime de sponsors, le Champ de Mars s’est vu dépourvu des moyens pour faire du charme à la grande foule. Des stands pas trop remplis, un parcours quelquefois clairsemé et un défilé artistique manquant d'innovation ont été les points clés de ce carnaval 2017. Le lancement de chaque jour gras s’est fait très tard dans l'après-midi peut-être pour compenser le nombre réduit d’acteurs sur le parcours.  

Pourtant, le carnaval de Port-au-Prince a laissé entrevoir pas mal de nouveautés. "Lamayòt" par exemple, dans tout son ensemble, reste une innovation à renforcer, car ce processus permet de décanter les bandes déguisées de la population qui les infiltre tout le long de leur parcours. Longtemps décrié par la presse télévisée et les photoreporters, il était difficile de capter des images du défilé sans avoir des intrus. Des issues de secours beaucoup plus importantes, des officiers de la protection civile éparpillés çà et là, des ambulances dans des points fixes et une forte présence policière ont été appréciés. En attendant que le gouvernement central et le maire de la capitale s’entendent sur l’avenir du carnaval, la mairie de Port-au-Prince a pu, en dépit de tout, offrir une ambiance carnavalesque à la majorité de la population de la région métropolitaine qui ne s’est pas ruée vers le Sud durant les trois jours gras. Port-au-Prince, son maire et le grand public m'avaient pas les moyens pharaoniques des Cayes, mais avaient pour eux la passion et la soif de lever un défi. Cela s'est fait avec la manière et sans aucun incident.  

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires