Breaking News

Haïti. Marco Rubio : Haïti et d’autres pays doivent supporter la démocratie en votant des sanctions à l’OEA contre le Venezuela

28 Mar 2017
2403 fois

Port-au-Prince. Mardi 28 mars 2017. Lenouvelliste/CCN. Le sénateur républicain de la Floride, Marco Rubio, connu pour son hostilité envers le Venezuela, a envoyé un signal fort, lundi, à Haïti, la République dominicaine et le Salvador. 

Il pourrait être difficile de protéger ces pays d’une possible coupe de l’aide américaine s’ils échouent à défendre la démocratie quand il s’agira de voter, mardi, de possibles sanctions contre le Venezuela à l’OEA, selon un article du Miami Herald, lundi 27 mars 2017. Le sénateur américain, dans une interview au Nuevo Herald, a indiqué que le vote à l’OEA mardi est exceptionnellement important pour le futur de la démocratie dans la région et pour l’organisation hémisphérique elle-même. Le vote pourrait même affecter l’assistance fournie par Washington au Salvador, à la République dominicaine et à Haïti, a ajouté le sénateur Marco Rubio.

« Ce n’est pas une menace, mais une réalité », a indiqué le parlementaire, l’un des architectes de lois sanctionnant déjà le gouvernement vénézuélien à cause de la corruption et des violations des droits de l’homme. « Nous avons une situation difficile à Washington, où l’on envisage des coupes massives de l’aide étrangère. Ce sera difficile pour nous de justifier l’aide américaine, si, à la fin de la journée, ces pays ne coopèrent pas dans la défense de la démocratie dans la région », a indiqué le sénateur républicain Marco Rubio, qui s’est dit « surpris » que certains pays de la région n’aient pas encore décidé du sens de leur vote cette semaine à l’OEA en dépit d’un rapport très critique du secrétaire général Luis Almagro détaillant comment le régime du président Nicolas Maduro est devenu une dictature dirigée par des trafiquants de drogue qui violent la charte de l’organisation hémisphérique.  

Le sénateur Marco Rubio s’est dit « particulièrement surpris » par l’indécision du Salvador, de la République dominicaine et d'Haïti, tous des pays ayant souffert de crises humanitaires et souffert des conséquences du déficit démocratique. La nouvelle administration haïtienne ne s’est pas encore prononcée sur la question. Par le passé, Haïti s’est toujours alignée sur la position du Venezuela à cause de liens historiques d’amitié entre les deux pays et à cause aussi du programme PetroCaribe. Le sénateur Marco Rubio a dit qu’il est en contact avec le président Donald Trump et les présidents du Costa Rica, du Honduras afin d’obtenir leur support pour sanctionner le Venezuela. Les États-Unis, aux côtés d’autres pays, vont supporter les propositions du secrétaire général de l’OEA. « Les prochains jours seront déterminants pour l’avenir de la démocratie dans la région », a soutenu le sénateur Marco Rubio. Pour suspendre le Venezuela, il faut que deux tiers des membres de l’OEA votent la motion. L’an dernier, le pays de Hugo Chavez a échappé à une procédure de mise au banc pour violation de la Charte interaméricaine pour la démocratie grâce à un vote d’Haïti et de deux autres pays membres.  

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires