Breaking News

Haïti. Réduction du train de vie de l’Etat, cette fois sera-t-elle la bonne ?

03 Avr 2017
2405 fois

Port-au-Prince. Lundi 3 avril 2017. Lenouvelliste/CCN. La flotte automobile de l’Etat ne devrait pas augmenter avant la prochaine année fiscale. Aucun nouveau véhicule (pick-up, tout-terrain) ne pourra être acheté sans l’« autorisation spéciale » du Premier ministre Jack Guy Lafontant. 

Un arrêté à cet effet devrait sortir durant les prochaines heures. Le porte-parole de la présidence, Lucien Jura, qui annonçait cette mesure vendredi, évoquait le gaspillage, la transparence entre autres au niveau de l’administration publique.

Si cette nouvelle mesure sur l’achat de véhicules va être réellement effective, on devra l’encourager. Qui se chargera de sa stricte application ? Ce n’est pas la première fois que les plus hautes autorités de l’Etat annoncent de telles mesures. En campagne électorale, l’ex-président Michel Martelly critiquait amèrement le train de vie de l’Etat et donnait l’assurance que son administration allait rompre avec certaines pratiques. On connaît la suite. L’ancien Premier ministre Laurent Lamothe avait, lui aussi, remplacé sa flotte de grosses cylindrées par des tout-terrains moins coûteux et qui consommeraient moins d’essence. Et après ?  

Personne ne peut dire combien de véhicules et autres biens de l’Etat sont « portés disparus » à chaque passation de pouvoirs ni combien de véhicules neufs sont achetés pour des nouveaux directeurs généraux, directeurs généraux adjoints, secrétaires d’Etat ou encore conseillers spéciaux… Personne n’a jamais été épinglé dans le trafic de véhicules appartenant à l’Etat, aucun procès n’a jamais été tenu non plus. La pratique continue allègrement.

Entre-temps, un arrêté présidentiel publié le vendredi 31 mars confirme de nouvelles personnalités à la tête de certaines institutions. Des véhicules sont sans nul doute réservés aux nouveaux venus. Mais est-ce l’interdiction de l’achat de nouvelles voitures qui est réellement la solution quand on sait que certaines institutions ont des partenariats bien ficelés avec des maisons de location de véhicules ? 

Alors qu’une grande partie du budget national est financée par l’International, les dépenses publiques ne respectent pas les bases rationnelles. Les autorités n’ont pas encore montré l’impact des 240 millions de gourdes tirées du Trésor public pour l’organisation de carnavals un peu partout dans le pays. Un mois après, des parlementaires invitent le gouvernement à décréter l’état d’urgence dans la Grand’Anse qui fait face à une famine. Présent dans la région vendredi, le chef de l’Etat, accompagné d’officiels, mesure sans aucun doute l’ampleur du problème. Non loin du palais national, au pénitencier national, des détenus crèvent de faim et sont rongés par d’autres maux.

Si la nouvelle administration entend réellement réduire les dépenses de l’Etat, d’autres actions concrètes devront suivre. Réduire le train de vie de l’Etat consisterait, entre autres, à revoir la carte diplomatique du pays, à supprimer certains postes qui n’ont aucun impact réel sur l’économie.  

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires