Breaking News

Haïti. Voilà pourquoi l’Hôpital général est toujours à l’avant-garde des grèves

24 Avr 2017
2698 fois

Port-au-Prince. Lundi 24 avril 2017. Lenouvelliste/CCN. L’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti fait face à un sous-financement chronique. Le ministère de l’Economie et des Finances ne décaisse que 5% du montant qui devait être alloué à l’HUEH mensuellement. Le MEF qui contrôle également les recettes internes ne répond jamais à temps pour décaisser des fonds pour l’achat d?e? matériel?s? 

Le financement de la santé a été au centre des débats mercredi à la FOKAL. Une initiative de la Commission santé Liaison Inter-ONG (CLIO) qui est une association d'ONG créée en 2005 et qui regroupe à ce jour quarante-cinq ONG haïtiennes et étrangères présentes en Haïti. Un panel composé des docteurs Gabriel Timothée, spécialiste en santé publique, Geneviève Poitevien, spécialiste en innovation pédagogique de la santé, et Réginald Ternier, responsable du financement de la santé pour l’hôpital de Mirebalais, a répondu à cette question : « Hôpitaux publics, l'Etat haïtien a-t-il les moyens de faire mieux? » 

A l’avant-garde des mouvements de grève, le cas de l’Hôpital de l’Université d'État d'Haïti, appelé couramment l’hôpital général, a été scruté. Ancien directeur général du ministère de la Santé publique et de la Population à deux reprises, le Dr Gabriel Timothée présente l’HUEH comme un cas chronique de sous-financement. C’est pourquoi il est toujours à l’avant-garde des grèves.

« Sur 19 millions de gourdes de dépenses mensuelles non compressibles allouées à l’HUEH, le ministère de l’Economie et des Finances ne décaisse qu’un million de gourdes », a pris en exemple le Dr Timothée, qui informe que, depuis deux ans, l’hôpital ne gère plus ses recettes internes.  

Le ministère de l’Economie avait fait injonction à tous les hôpitaux publics de verser leurs recettes internes sur un compte que gère le MEF dont le but est d’éviter les fuites. Mais le hic de cette décision, c’est quand les responsables ont besoin d’argent pour acheter les intrants, médicaments et matériel, le MEF ne décaisse jamais à temps les fonds.

Le problème de sous-financement accompagne aussi le sous-équipement de l’hôpital. Le Dr Gabriel Timothée constate également qu'il y a un manque de personnel. Il fait aussi remarquer que la part du budget prévisionnel réservé aux dépenses et investissements est très faible. La majorité du budget est bouffée par le salaire.  

Sur 243 millions, 209 millions de gourdes sont affectés au salaire et 34 millions de gourdes pour les dépenses et investissements », a détaillé l’ancien DG du MSPP, soulignant par ailleurs que l’hôpital fait face certaines fois à un problème de gestion administrative.

« Il y a eu lieu de penser à des correctifs, a-t-il argué, indiquant qu’il faudrait penser à renforcer la capacité de gestion des hôpitaux publics. Il leur faudrait des gestionnaires nés. Comme il faut augmenter le budget de la santé. Parce qu’avec 4, 5% du budget, on ne peut pas faire des miracles. Il faut penser aussi à l’augmentation des allocations décaissées sur une base mensuelle ». 

Le responsable du financement de la santé pour l’hôpital de Mirebalais plaide en faveur de l’implémentation du modèle de l’Hôpital universitaire de Mirebalais (HUM) en termes de gestion dans les autres hôpitaux publics. L’HUM dispose d’un conseil d’administration avec un directeur exécutif qui jouit de l’autonomie. « Pendant que nous avons six mois de grève sur une année, l’HUM continuait à fonctionner. Nous avons un contrôle total de gestion. Il faut que les hôpitaux publics passent par ce modèle », a-t-il plaidé. L’autonomie des structures est à rechercher pour que les responsables puissent rendre des comptes. « Je pense qu’il n’y a pas dix mille chemins à faire. Il faut que les hôpitaux publics aient de l’autonomie pour qu’ils puissent donner des résultats », a-t-il conclu.  

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires