Breaking News

Haïti. Fin du PNRE : des milliers de ressortissants haïtiens vivent avec la peur au ventre

01 Jui 2017
3172 fois

Port-au-Prince. Jeudi 1er juin 2017. Lenouvelliste/CCN. Le compte à rebours commence pour les immigrants haïtiens vivant en République dominicaine, enregistrés dans le Plan national de régularisation des étrangers (PNRE). La date d’expiration des documents leur offrant un statut de résident arrive à terme mi-juin. Ils risquent à nouveau de se retrouver en situation irrégulière, d’être malmenés par les militaires dominicains et déportés massivement. Si le gouvernement dominicain fait silence radio sur ce dossier, l’État haïtien, qui s’est montré incapable de les identifier, affiche un mépris concernant le sort de ces concitoyens.  

Ils sont plus de 250 000 personnes, dont une majorité haïtienne, qui attentent, la peur au ventre, cette date fatidique. Le Plan national de régularisation des étrangers mis en place en 2014 par l’État dominicain après avoir pris l’arrêt discriminatoire, anticonstitutionnel TC-168-13, touchera à sa fin dans deux semaines. Jusqu’à présent, les autorités dominicaines n’ont annoncé aucune disposition. C’est le silence radio.

D’une source fiable, les autorités haïtiennes n’ont engagé aucun dialogue avec leur homologue pour négocier une probable prolongation. « L’épée de Damoclès suspendu sur la tête de nos frères et sœurs est réelle. Mais cela ne fait ni chaud ni froid à nos autorités. Pourtant il s’agit du même problème auquel sont confrontés les détenteurs de TPS aux Etats-Unis », a confié Colette Lespinasse au journal, lors d’une rencontre à Santo domingo.  

« J’ai des inquiétudes. On ne sait pas ce qui va se passer », a-t-elle fulminé, militante des droits humains qui invite à une mobilisation du secteur de la société civile dans le but de faire pression sur les autorités haïtiennes pour qu’elles entrent en négociation avec le gouvernement dominicain. Malheureusement, dit constater Mme Lespinasse, le président de la République, Jovenel Moïse, élude le problème. Le chef de l’État haïtien attaque la question de documentation sur la forme mais pas sur le fond. « Je me demande si le président mesure l’ampleur du problème de documentation. À mon avis, s’il l’avait compris, il n’aurait pas agi ainsi », a-t-elle indiqué.

L’année dernière, l’État dominicain avait prolongé d’une année le programme pour permettre à 140 000 migrants, dont 130 000 Haïtiens qui n’avaient pas pu boucler le processus d’enregistrement. Entre-temps, les autorités haïtiennes avaient pris l’engagement d’octroyer les documents nécessaires à 100 000 Haïtiens. « Rien n’a été fait concrètement », a fait savoir l’ancienne coordonnatrice du Groupe d’appui aux réfugiés et rapatriés (GARR). Elle a souligné que l’ancien ministre des Affaires étrangères sous le gouvernement de transition avait demandé une prolongation, le temps d’octroyer 30 000 passeports aux ressortissants.  

Pour sa part, le professeur dominicain Wilfredo Lozano dévoile la phase cachée de la décision des autorités dominicaines de lancer le PNRE. Selon lui, l’État dominicain n’avait véritablement pas la volonté de résoudre le problème des sans-papiers des migrants étrangers qui sont, à plus de 90%, des ressortissants haïtiens. S’il avait eu cette volonté, il aurait tout simplement mis en place un plan permanent.

Bridget Wooding, chercheure dominicaine qui a travaillé à l’Observatoire binational pour la migration, l’environnement, l’éducation et le commerce (OBMEC), juge « qu’on est arrivé à une phase cruciale du PNRE. « Nous proposons que l’État dominicain accordent une attention toute particulière à cette situation », a-t-elle dit. Selon elle, il y a absence de gestion des migrants haïtiens en RD. Il y a une gestion timide de la part des Dominicains de ce phénomène. 

Cela ne fait donc aucun doute qu’il est urgent que les Haïtiens assument la reconnaissance de ses ressortissants par leur registre civil et la fourniture de leurs passeports. Il est tout aussi nécessaire que la République dominicaine reconnaisse tous les migrants sur son territoire. L’Obmec- consortium interuniversitaire haïtiano-dominicain qui a mené des recherches durant deux ans- recommande de mettre en œuvre le dispositif de régularisation des immigrants et leur séjour de travail en RD. En Haïti, un suivi doit être fait pour une première esquisse de la politique d’immigration.  

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires