Breaking News

Haïti. Lancement d’un projet pour répondre aux défis du bassin versant de Léogâne-Carrefour

09 Jui 2017
2370 fois

Port-au-Prince. Vendredi 9 juin 2017. Lenouvelliste/CCN. La commune de Léogâne a accueilli ce mardi le lancement d’une initiative innovante visant à atténuer la vulnérabilité des populations de cette commune aux dérèglements engendrés par le changement climatique. Ce projet, financé à hauteur de 1.2 million d'euros par l’Union européenne (UE), qui sera exécuté par l’organisation Caritas suisse, se propose de tester des approches et des techniques innovantes en matière d’adaptation aux changements climatiques. 

Le ministère de l’Environnement, le Bureau de l’ordonnateur national et l’Union européenne s’allient pour lutter contre le dérèglement climatique dans la commune de Léogâne. Ce projet lancé en présence du maire principal de la commune de Léogâne sur la place d’Anacaona s'intitule: « Solutions face aux dérèglements climatiques sur le bassin versant Carrefour/ Léogâne ». Il découle directement du programme d’appui à la prise en compte du changement climatique dans le développement national d’Haïti (AP3C), soutenu par l’UE.

L’ambassadeur de Suisse en Haïti, Jean-Luc Virchaux, explique que le pays a besoin de cette dimension d’opération pilote innovante qui peut servir de référence, de test, pour essayer de trouver les pistes d’amélioration au niveau du changement climatique. Le diplomate souhaite qu’au niveau du gouvernement, les bonnes décisions puissent être prises et se concrétiser à travers un véritable reboisement et une vraie reforestation dans tout le pays. Un peu sceptique d’un côté, le diplomate Virchaux estime qu’il faut travailler à trouver de nouvelles pistes. 

Etant donné que ce projet s’attaquera à la déforestation et à l’érosion sous leurs différentes formes, cela lui garantit son succès, à entendre l’ordonnateur national du Fonds européen de développement. Charles Jean-Jacques a souligné au passage que des événements climatiques extrêmes comme la sécheresse et les inondations mettant à nu le secteur agricole nous ont affectés sérieusement du point de vue économique. À titre d’illustration, M. Jean-Jacques affirme que la ville de Léogâne est extrêmement exposée aux dérèglements climatiques et aussi aux failles géologiques. Il rappelle que c’est dans cette commune qu’a été localisé l’épicentre du séisme dévastateur de janvier 2010.

Ce projet, dit-il, rentre dans le cadre de la coopération entre l’État haïtien et l’UE au sein du programme d’appui à la prise en compte des changements climatiques. Le coût total est financé à 90% par l’UE et 10% par la coopération suisse. « Le projet constitue un exemple de ce que nous pouvons réaliser à l’échelle nationale pour lutter contre le changement climatique », s’est réjoui l’ancien ministre Charles Jean-Jacques.  

L’ambassadeur de l’Union européenne, Vincent Degert, a pour sa part évoqué la responsabilité de l’UE à rendre cette planète viable pour les générations futures. M. Degert confie que l’Union européenne s’engage fermement à réaliser les objectifs précis pouvant réduire les effets de serre, changer les modes de vie.

D’après le diplomate, le ministre est face à ses responsabilités dans ce contexte puisqu’ Haïti est le troisième pays le plus vulnérable au monde. « Qu’il s’agisse de sécheresse, de cyclones, de pollution de mangroves, de remise en cause de nos diversités, de nos déforestations, les défis sont extrêmement nombreux », a dit Vincent Degert, avant d’ajouter que : « Si nous voulons continuer à vivre dans ce pays, il faut changer les habitudes, les façons de faire ». Le diplomate soutient que ce projet de démonstration doit apprendre aux autres communes du pays que l’on peut faire différemment. 

La saison cyclonique qui est lancée alors qu’on n’est encore sur les traces du cyclone Matthew dans le grand Sud inquiète le ministre Pierre Simon Georges. Pour lui, le climat peut changer, mais les plus grands changements climatiques sont dus aux conséquences de nos actes, de nos irresponsabilités. Le titulaire du MDE précise que ce projet incarne le grand rôle que les collectivités territoriales doivent jouer dans la lutte contre les changements climatiques.

« Malgré les conditions socioéconomiques difficile, l’État doit trouver les moyens pour diminuer les conséquences du changement climatique sur la disponibilité et la qualité des eaux, l’agriculture et sur la vie de la population », soutient le ministre. Lui qui veut mettre le pays sur la voie du développement économique vert.  

En Haïti, la majeure partie des bassins versants est touchée par la déforestation, la détérioration des mangroves, une pression extrême sur les terres agricoles et une urbanisation sauvage. Le niveau de résilience des habitants face aux changements climatiques est faible. Ce projet cible 10 000 familles urbaines et 2 500 familles rurales.  

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires