Breaking News

Haïti. Jovenel Moïse va-t-il choisir entre le bleu pétrole du Venezuela et le bleu horizon des États-Unis ?

21 Jui 2017
2504 fois

Port-au-Prince. Mercredi 21 juin 2017. Lenouvelliste/CCN. Le ministre des Affaires étrangères d’Haïti est à Cancun pour participer à la 47e Assemblée générale de l’Organisation des États américains (OEA). Les observateurs sont impatients de connaître la position de notre pays sur l’un des points clés en discussion : le sort de la démocratie au Venezuela.

Depuis des mois des troubles secouent ce pays frère de l’Amérique latine, grand pourvoyeur des pétrodollars qui ont fait les beaux jours des administrations Préval et Martelly. La majorité des projets sortis de terre ces dernières années en Haïti l’ont été à partir de l’argent octroyé à Haïti à titre de prêts préférentiels par la révolution bolivarienne, grâce à Hugo Chavez puis à Nicolas Maduro.  

Les gouvernements haïtiens successifs doivent depuis reconnaissance et assistance au Venezuela, mais surtout à ses dirigeants.

Pour de nombreux observateurs, la visite, le 12 juin dernier, de la ministre des Affaires étrangères du Venezuela Delcy Rodriguez s’inscrivait dans une démarche d’un « rafraîchi mémoire » pour Haïti et son nouveau président. La ministre était venue prêcher la bonne parole du pétrole vénézuélien. Du pétrole, il y en a encore et son pays est prêt à augmenter le quota reçu par Haïti, avait-elle expliqué au Nouvelliste en interview. 

Alors que le gouvernement haïtien avait gardé un profil bas sur cette visite de quelques heures, la ministre Rodriguez avait annoncé qu’une invitation a été lancée au président Jovenel Moïse pour qu’il se rende à Caracas, histoire de raffermir les liens entre les deux capitales. Aucune date n’a été encore annoncée pour cette visite.

Le Venezuela n’est cependant pas le seul pays intéressé à influencer la position d’Haïti. Les États-Unis d’Amérique avaient délégué le 31 mai leur ministre chargé de la sécurité intérieure, John Kelly, en visite à Port-au-Prince. Le président Moïse a été reçu par le vice-président Mike Pence le jeudi 15 juin. En quinze jours, le chef de l’État a été pris en sandwich par deux importants officiels américains.

Avec les autorités américaines le président haïtien a abordé plusieurs points rendus publics, mais nul ne doute que la question vénézuélienne, avant l’ouverture du sommet de l’OEA, a été aussi évoquée.  

En mars 2017, la position haïtienne, lors d’une rencontre à l’OEA sur la question vénézuélienne, a heurté les Américains. Haïti avait fait le choix du bleu pétrole. Qu’en sera-t-il à Cancun ?

L’administration Moïse-Lafontant a besoin d’argent frais pour conduire à bien les pharaoniques projets annoncés. Les ressources aux conditions avantageuses que le Venezuela peut mettre à la disposition des ambitions présidentielles seraient les bienvenues.

Mais Haïti a aussi besoin d’alliés puissants et les USA peuvent vous empêcher de voir le bleu de l’horizon.

Jovenel Moïse devra choisir ou entamer une délicate manœuvre pour mettre la main sur le pétrole vénézuélien sans s’aliéner le support de l’Amérique. Préval et Martelly y étaient parvenus sans vraiment choisir. 

Évaluer cet élément
(1 Vote)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires