Imprimer cette page

Jamaïque. Criminalité. Plus de 34 meurtres recensés en une semaine. Serait-ce le début de la fin ?

29 Oct 2019 Joelle Fara
2254 fois

Jamaïque. Vendredi 25 octobre 2019. CCN/Starboek News.Bien que sept des 19 divisions de la police jamaïcaine soient sous l'état d'urgence (SOE), les meurtres et les fusillades n’ont jamais été aussi répandus au 19 octobre de cette année que pour la période correspondante de 2018.Rien que la semaine dernière, 34 meurtres sont recensés dans tout le pays, soit près de cinq par jour…

La division de la police de St Andrew South continue d'être un vrai bouclier humain pour les forces de l'ordre, avec 14 meurtres commis entre le 13 et le 19 octobre. Le gouvernement exhorte les habitants à maintenir la pression alors que la police tente de réfréner les gangs rivaux pendant le SOE (l’état d’urgence) déclenchée le 7 juillet, les crimes violents continuent de se dresser.

La semaine dernière, sont à déplorer six meurtres commis au cours d'une période de 48 heures, dont un triple meurtre dans la communauté de l'avenue White Wing. La criminalité naissante découlant de la guerre des gangs fait exploser les compteurs avec un taux de fusillades en augmentation de 17,6 pourcents. Du 1er janvier au 19 octobre de cette année, la division de St Andrew South a enregistré 141 meurtres, ce qui représente une augmentation de 18 meurtres, soit une augmentation de 14,6% par rapport à la période correspondante de l’année dernière.

Le surintendant Wayne Cameron a été missionné depuis Manchester en tant que commandant divisionnaire de St Andrew South, en remplacement du surintendant Gary Francis.

Les conflits entre les divisions des forces de l’ordre sont elles aussi un facteur dérangeant dans la lutte contre cette violence accablante. En effet certains chiffres ne concordent pas. Certaines divisions dressent des bilans édulcorés qui ne seraient pas en concordance avec les bilans de la Cour afin de ne pas ternir la réputation des équipes sur place. Même si les enquêtes et actions de terrains pullulent partout sur le territoire, nul ne sait vraiment pourquoi et surtout quand tout cela s’arrêtera.

Évaluer cet élément
(0 Votes)