Breaking News

Venezuela : Expulsion de l'ambassadrice de l'Union Européenne

01 Juil 2020
962 fois

Caracas. Mercredi 1 juillet 2020. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a donné 72 heures à l'ambassadrice de l'Union Européenne, Isabel Brilhante Pedrosa, pour quitter le pays, en réponse à des « sanctions » du Conseil de l'Union Européenne contre des députés de l'Assemblée Nationale vénézuélienne, plusieurs fonctionnaires et 2 députés de l'Assemblée Nationale Constituante : « J'ai décidé de donner 72 heures à l'ambassadrice de l'Union Européenne à Caracas pour quitter notre pays et d'exiger le respect de la part de l'Union Européenne. Y en marre du colonialisme européen contre le Venezuela, de la persécution du Venezuela ! Y en marre de l'interventionnisme colonialiste, de suprémacisme et du racisme ! »

 

«  Y en marre ! Nous allons régler nos comptes avec l'Union Européenne. S'ils en nous veulent pas, qu'ils s'en aillent ! S'ils en respectent pas le Venezuela, qu'ils s'en aillent ! Le Venezuela, il faut le respecter dans son intégrité en tant que nation et en tant qu'institution. »

Il a expliqué qu'un groupe de fonctionnaires de l'Union Européenne se sont réunis pour analyser la situation au Venezuela « dans la plus pure tradition coloniale, interventionniste, suprémaciste, parce que ces fonctionnaires ont l'attitude arrogante de se sentir supérieurs à nous, de penser pouvoir nous analyser, nous et, à partir de là, décider qui se comporte bien ou qui se comporte mal. » « Une attitude héritée du vieux et dégoûtant colonialisme européen qui a rempli d'esclavagisme, de mort et de destruction les continents d'Amérique, d’Afrique et d'Asie. »

« Nous, au Venezuela, nous parlons ses. Bien sûr, que nous parlons sec, nous n'avons peur de personne en ce monde ! » a déclaré le Président et il a ajouté : « Qui sont-ils pour sanctionner, pour essayer de s'imposer par la menace ? Y en a marre ! »

Et il a expliqué que, depuis le début de l'année, on a averti les ambassadeurs européens – dont les Gouvernements ont reconnu et soutenu le député Juan Guaidó qui s'est autoproclamé président avec le soutien des Etats-Unis – qu'ils allaient échouer dans leurs tentatives de déposer son Gouvernement. « Nous leur avons dit qu'ils allaient échouer et ils ont échoué lamentablement, avec fracas. L'Europe a échoué ! Mais ils cherchent à corriger leur erreur en poursuivant leur erreur. En agressant le Venezuela, en agressant ses institutions, en agressant tous les secteurs politiques. Parce qu'ils veulent éviter l'inévitable. »

Il a indiqué que l'Union Européenne cherche à « anticiper » et il a expliqué : « Ils veulent menacer tout Vénézuélien qui, dans l'exercice de ses droits politiques, en tant que parti politique, en tant que groupe d'opinion ou en tant que citoyen, décide de s'inscrire pour être candidat à un siège de député à l'Assemblée Nationale. » En effet, l'Union Européenne a menacé de sanctionner tous ceux qui s'inscriraient pour participer aux prochaines élections.

« Préparez-vous, messieurs les colonialistes, les suprémacistes et les racistes de ces organismes de l'Union Européenne, parce qu'au Venezuela, il va y avoir des élections législatives libres, transparentes et que des milliers de candidats vont y participer ! » 

Il a indiqué qu'étant donné que les vols vers les autres pays sont suspendus, il pourrait prêter un avion à l'ambassadrice pour qu'elle puisse s'en aller.

Le contexte

Lundi, l'Union Européenne (UE) a sanctionné la direction de l'Assemblée Nationale du Venezuela ainsi que d'autres fonctionnaires du Gouvernement du pays, soi-disant pour « agir contre l'opposition. » Parmi les personnes sanctionnées se trouvent : Luis Parra, président de l'AN, Franklyn Duarte, premier vice-président de l'AN, et José Gregorio Noriega, second vice-président de l'AN, tous 3 d'opposition, le Contrôleur Général de la Républqiue, Elvis Amoroso, le ministre du Bureau de la Présidence, directeur général de CONATEL, Jorge Márquez, le magistrat du Tribunal Suprême de Justice, Juan José Mendoza, les procureurs Farik Mora et Dinorah Bustamante, le secrétaire général du Conseil de Défense de la Nation, José Adelino Ornelas, et les députés à l'Assemblée Nationale Constituante Tania Díaz et Gladys Requena.

D'autre part, le Président Maduro a indiqué que le Venezuela se réserve le droit de prendre des mesures diplomatiques contre l'ambassadeur d'Espagne pour sa participation à l'incursion armée de Macuto et sa complicité avec les actes criminels de Leopoldo López, dénoncés par le Wall Street Journal. 

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

https://albaciudad.org/2020/06/presidente-maduro-expulsa-a-la-embajadora-de-la-union-europea-en-venezuela-por-sanciones-contra-funcionarios-venezolanos/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2020/06/venezuela-expulsion-de-l-ambassadrice-de-l-union-europeenne.html

Dans un communiqué publié sur son site, le Conseil de l'Union Européenne indique que ces nouvelles mesures touchent des personnes « responsables en particulier d'agir contre le fonctionnement démocratique de répondent l'Assemblée Nationale, y compris en ôtent leur immunité parlementaire à plusieurs de ses membres parmi lesquels son président, Juan Guaidó. »

« Les actions qui motivent cette décision incluent aussi le début de poursuites judiciaires pour motifs politiques, » dit le texte, oubliant que les enquêtes en cours au Venezuela sur certains députés parmi lesquels Juan Guaidó sont dues à des troubles à l'ordre public et à la participation de ces députés à des tentatives de coup d'Etat qui portent atteinte à la paix de la République.

Cette décision interdit aux fonctionnaires concernés de se rendre en Union Européenne et leurs actifs dans cette région sont gelés.

La position de l'Union Européenne rejoint celle du Gouvernement des Etats-Unis qui, en janvier dernier, avait décidé unilatéralement de sanctionner les députés qui ont voté contre Guaidó à l'élection d'une nouvelle direction de l'Assemblée Nationale.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires