Breaking News

Martinique. S. Letchimy à la presse : « Il nous faut rester aussi vigilants que les autres, car cette barbarie ne vient pas d’ailleurs

12 Jan 2015 Serge Letchimy
3760 fois
Serge Letchimy Serge Letchimy © CCN

Fort-de-France. Lundi 12 janvier 2015. CCN. Les vœux adressés à la presse martiniquaise ce week-end par Serge Letchimy, à l’Agora de la Région, sont les derniers en tant que Président de Région. Les élections prévues avant la fin de l’année 2015, (Novembre ou Décembre) consacreront le passage à la « nouvelle » collectivité. L’occasion pour Letchimy de dépasser le simple cadre du « je suis Charlie » pour réaffirmer ses conceptions du rapport entre presse et pouvoir politique en Martinique et aussi, - clin d’œil à l’opposition - de pointer du doigt ce qu’il qualifie de « populisme électoraliste »...


Je suis Charlie.

Ce petit slogan de trois mots sur fond noir a été repris dans presque toutes les langues du monde. Celui qui l’a créé, en utilisant la typographie de Charlie Hebdo, s’appelle Joachim Roncin. C’est un jeune journaliste du magazine gratuit Stylist. On lui a demandé comment cette phrase lui était venue. Il a expliqué que c’est simplement parce qu’il ne trouvait pas les mots pour exprimer l’émotion qui l’avait envahi en face de cette abomination.

Une abomination qui a couté la vie à plus d’une dizaine de journalistes, avec parmi eux, à mon sens, d’irremplaçables artistes. Le crayon contre la kalachnikov. L’intelligence impertinente et créative contre la violence aveugle et la bêtise.

Le génie de ce jeune journaliste a été de nous rappeler qu’en face de la plus extrême scélératesse il est toujours vain d’accumuler des phrases. Il faut simplement exprimer sa compassion. Accepter d’être pleinement cette douleur, et dans cette acceptation signifier de la manière la plus absolue et la plus digne son refus de la barbarie.

Mais ce petit slogan nous rappelle aussi que la compassion n’est pas seulement le partage d’une douleur ou d’un chagrin. C’est aussi l’affirmation que la barbarie la plus extrême ne saurait nous priver de notre humanité. Elle ne peut que la renforcer tout comme elle renforce notre attachement irrémédiable à la liberté de création, à la liberté de penser, à la liberté d’expression, à la liberté d’être différent et de vivre cette différence.

Nous sommes les descendants de ceux qui ont subi toutes les humiliations et toutes les barbaries possibles. Nos ancêtres ont su résister à tout cela et nous permettre de devenir ce que nous sommes aujourd’hui, une nation encore sans Etat, un peuple qui a désormais une pleine conscience de lui-même, une société singulière qui construit activement sa place dans la grande Caraïbe, dans les Amériques et dans le monde. Ce travail politique, culturel, économique, social et environnemental, ne saurait se faire sans une éthique tutélaire. Liberté de pensée. Liberté d’expression. Respect de l’autre et dignité pour tous. Le métier que vous exercez se trouve au cœur de ces valeurs-là. Vous en êtes au quotidien les pratiquants, et donc vous en êtes les gardiens.

La vie politique nous emporte parfois dans des excès de réactions et de langage. Nous ne sommes pas toujours très aimables entre nous, et pas toujours très contents de ce que vous écrivez. Mais nous savons que cette liberté, qui constitue l'essence même de votre travail, nous est essentielle. C’est le seul ciment qui vaille pour l’épanouissement de notre société. C’est le fondement de l’éthique qui nous est nécessaire pour vivre mieux, vivre de manière plus humaine, entre nous et avec les autres.

Dans notre petite Martinique nous ne sommes pas directement confrontés à de telles furies meurtrières. Mais cela ne veut pas dire qu’elles nous épargneront très longtemps. Il nous faut rester aussi vigilants que les autres, car cette barbarie ne vient pas d’ailleurs, elle provient de nous-mêmes, de la nature humaine. L’inhumain fait partie de l’humain, disait Romain Gary. Dès lors, ce travail que nous devons assumer tous les jours, avec vous, est une lutte in cessante contre une part de notre nature la plus profonde. C’est pourquoi la compassion est à la fois une acceptation de l’ombre et un élan vers la lumière. Elle nous indique que cette abomination ne doit pas nous emporter vers des ruptures, des accusations, des simplifications, mais au contraire vers plus d’attention à l’Autre, plus de respect, et surtout plus de dignité accordée à chacun. La liberté d’expression exige donc de chacun d’entre nous un immense sens de la responsabilité. Plus cette liberté est précieuse et vive, et plus la responsabilité qui doit l’animer se doit d’être puissante.

Vous connaissez tous mieux que moi cette fameuse phrase de Serge Halimi, la mission du journaliste ne consiste pas à rendre important ce qui est intéressant, mais bien de rendre intéressant ce qui est important. Cette responsabilité n’est seulement la vôtre, elle est aussi la nôtre. Et ce qui est important pour cette année qui s’ouvre, c’est de bien distinguer les défis auxquels nous aurons à faire face. Les statistiques nous montrent que généralement l’insécurité, les faits divers, sont deux fois plus médiatisés que les problèmes liés à l’emploi, et huit fois plus que ceux liés au chômage. Ce qui nous intéresse n’est pas toujours ce qui est le plus important. Pourtant au cours de cette année qui s’ouvre, il nous faudra faire en sorte que le populisme électoraliste ne dénature pas ce que nous avons à penser, à mettre en œuvre et à réussir. Réussir une autre Martinique, une Martinique plus caribéenne, plus innovante, plus active, plus productive, plus attractive et constructive pour ses jeunes, plus agréable pour ses grandes personnes, mieux énergétique, et surtout : mieux organisée et bien plus responsable. C’est cela l’enjeu de la nouvelle collectivité qui va se mettre en place. Pour ne pas perde de vue ces exigences, nous avons plus que jamais besoin de la qualité de votre travail et de votre sens des responsabilités. C’est pourquoi, je vous renouvelle une fois encore toute mon estime, et que je vous formule tous mes vœux de santé personnelle et de santé professionnelle.

Que cette année vous soit la plus enrichissante possible !

Quelle soit source de joie et de bonheur pour vous et pour tous ceux que vous aimez !

S.L.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires