Breaking News

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 940

Lamentin. Mardi 29 mars 2016. CCN. L’incendie volontaire du bâtiment de la vie scolaire du collège Appel du 18 juin, perpétré dans la nuit de dimanche à lundi et les graffitis dénonçant le maire en place, sont l’illustration d’une situation politique particulièrement tendue. Jocelyn Sapotille, élu en 2014 à la tète de la ville et président de la Communauté de l'agglomération du Nord-Basse-terre (CANBT), semble être au premier chef la cible des incendiaires. Mais il n’est pas le seul. Qui cherche-t-on à nuire ? Le maire ou son opposition ? Les graffitis (trop) grossièrement pro-Toribio relevés sur les lieux, pourraient laisser croire que cet incendie criminel pourrait être l’œuvre des partisans de l’ancien maire. Mais cette hypothèse est pour l’heure à écarter. Personne, y compris Jocelyn Sapotille lui même, ne veut la retenir. José Toribio, que nous avons tenté de joindre, aurait selon nos informations bien du mal à gérer son propre groupe sur le point d’imploser. Alors à qui profite vraiment le « crime » ? Au-delà de l’enquête policière qui suit son cours et du simple faits (feu ?) divers, ll faut voir là une sorte « d’attentat » très « Daesh» indiquant qu’au Lamentin, il y a ici et là comme un feu… qui couve. Jocelyn Sapotille (JS) a répondu au feu des questions de CCN. C’est à lire !


 

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires