Breaking News

Réunion. Prof d’anglais en Chine avec un simple bac

13 Mar 2017
2142 fois

Saint-Denis. Lundi 13 Mars 2017. Clicanoo/CCN. À 25 ans, la Saint-Andréenne Santinah Eperonnier semble vivre plusieurs vies à Pékin. Enseignante d’anglais pour les enfants, professeure de bachata, elle double des télénovelas asiatiques en français.

Oui, les jeunes Réunionnais peuvent tenter leur chance en Chine! C’est le message lancé par Santinah Eperonnier, Saint-Andréenne de 25 ans, qui y a trouvé sa voie depuis 2015. Grâce à son goût pour la nouveauté et sa passion pour la langue anglaise.
En 2010, munie de son baccalauréat "sciences économiques et sociales" obtenu au lycée Sarda-Garriga, la jeune fille s’oriente vers un DUT de gestion à l’IUT (institut universitaire de technologie) de Saint-Pierre. Mais elle arrête au bout d’un an, préférant chercher du travail. Après une formation d’hôtesse de l’air, elle veut perfectionner son anglais. Et s’envole pour Birmingham (Angleterre) grâce aux aides du Cnarm.
"J’ai travaillé un an dans un hôtel à Birmingham, puis comme assistante commerciale dans une entreprise d’import-export", explique la jeune fille. Au bout de deux ans et demi, "je voulais quelque chose de nouveau, et j’ai alors pensé à partir en Chine". Pour changer, tester ses limites... "C’était comme un défi", reconnaît la jeune femme. En surfant sur les sites web, elle trouve un stage de deux mois dans un hôtel de Taïzhou (ville proche de Shanghaï) qui cherche une étrangère pour accueillir les touristes.

"La Chine a remplacé le rêve américain"
L’expérience lui donne envie de rester en Chine. Santinah cherche un autre job, passe un entretien d’embauche par Skype et est recrutée comme enseignante d’anglais à Pékin. Mais elle doit renouveler son visa et revient en vacances à La Réunion fin 2014. C’est là qu’elle s’adresse à la Mission locale de Saint-André, à qui elle demande une aide financière pour s’installer à Pékin.  
"Ils m’ont donné quelques centaines d’euros pour partir à Pékin, se souvient Santinah, reconnaissante. Cela m’a aidée à payer mon loyer au début". Deux ans plus tard, de retour à La Réunion pour des vacances, la jeune fille semble avoir vécu plusieurs vies, avec pour seul diplôme un bac ES.
D’abord celle de professeure d’anglais pour très jeunes marmailles. Ensuite celle de danseuse puis enseignante de bachata (danse latine d’origine dominicaine): ses progrès l’amènent à se produire à l’étranger avec son partenaire chilien Bastian Saavedra Lopez. Elle a aussi commencé à travailler dans un studio d’enregistrement pour doubler (en français) les télénovelas asiatiques pour le marché d’Afrique francophone.
"Je vis correctement à Pékin", témoigne la jeune Réunionnaise. Elle manie de mieux en mieux le mandarin, et projette de travailler dans le tourisme. Attirer les touristes chinois à La Réunion? Ou promouvoir des produits réunionnais en Chine? Si elle hésite encore sur son futur métier, elle a une certitude: "pour beaucoup d’expatriés français, la Chine a remplacé le rêve américain. C’est une autre culture, il faut l’apprendre, faire la part des choses... et laisser ce qu’on ne veut pas prendre".

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires