Breaking News

Guadeloupe. non à l'expulsion des Haïtiens

11 Déc 2020
1871 fois

Pointe-à-Pitre. Vendredi 11 Décembre 2020. CCN. Malgré le contexte sanitaire, nous avons appris que la préfecture de la Guadeloupe organise un vol spécial groupé le 7 décembre pour expulser une trentaine de femmes, d’hommes haïtiens dont certains sont retenus au Centre de rétention administratif (CRA). Parmi eux se trouvent des parents d’enfants français, des personnes malades, de futurs parents, des personnes vivant en Guadeloupe depuis plusieurs années et des personnes arrivées en Guadeloupe avant leur majorité.

Or, depuis le mois de mars, il n’y a aucun vol commercial direct entre Guadeloupe et Haïti.

Dans ces conditions, l’ensemble des associations franco-haïtiennes dont Tet Kolé, la fédération d’associations franco-haitiennes de la Guadeloupe, Lakay Concept, Family Band, CODIGH, tous les amis de la communauté haïtienne de Guadeloupe et tous ceux qui sont épris de justice et de dignité vous appellent à un grand rassemblement le samedi 5 décembre à 10h sur la place de la victoire de Pointe à Pitre, en face de la sous-préfecture pour dire : NON !!

Un seul message sur les pancartes : NON !!

Signataires :
Amnesty International Guadeloupe
Association TetKolé
Association des Travailleurs et des Peuples de la Caraïbe
CGTG banane
Collectif vigilance Citoyenne 
Combat ouvrier
Comité International des Peuples Noirs
Fédération de la ligue des droits de l’homme Guadeloupe
Journal Rebelle !
La Cimade Guadeloupe                 
Parti de Gauche Guadeloupe
UPLG Union Pour la Libération de la Guadeloupe


Non ! Pas en notre nom !

Ainsi, le Préfet de Guadeloupe a décidé d'affréter un avion spécial pour expulser un certain nombre d'Haïtiens de notre territoire. Quelle est l'urgence ? Quel est le danger ?

En vérité, il ne fait qu'appliquer le durcissement de la politique macroniste concernant l'immigration. Si on peut admettre  que tout Etat doit pouvoir  contrôler ses frontières notamment concernant le banditisme  et le terrorisme, tous les immigrés ne sont  pas des délinquants en puissance. Le durcissement du gouvernement macron concernant l'immigration est l'option politique de se rapprocher des idées d'exxtrême droite, tendant à dominer en France. En effet, le vocabulaire de l'extrême  droite et du RN en particulier, a envahi l'ensemble du champ médiatique et politique français. On utilise  comme  allant de soi les expressions telles que "identité nationale" (qui apparaît pour la première fois avec Jean-Marie Le Pen). Ou encore le "communautarisme", l'ensauvagement", le "séparatisme".

La problématique de l'identité propre à l'extrême droite n'est pas  du tout celle d'une tradition authentiquement républicaine. Pour cette dernière, la nation est volonté, la nation est contrat et ne peut se réduire à l'identité culturelle, fût-elle majoritaire. Il  faut donc distinguer entre intégration  républicaine et assimilation culturelle.

Pour l'extrême droite, la nation, selon une longue tradition  antirépublicaine issue de Barès, de Josph de Maistre puis de Maurras, est nation- ethnique et ainsi on a du mal à admettre la diversité culturelle. En ce sens, la France a du mal à reconnaître sa diversité culturelle (qu'elle vit comme une menace) c'est-à-dire  sa réelle créolisation et ainsi a triomphé notamment avec Zemmour une conception de  la nation comme un "Nous" s'opposant  à un "Eux" posé comme ennemi. Hier ce fut le Juif, aujourd'hui c'est l'émmigré, Noir  ou Arabe;

C'est donc dans un tel  contexte politique dominant l'opinion et la politique gouvernementale en France, que le Préfet de Guadeloupe prend une telle décision d'expulsion. Or, pour nous Créoles, les Haïtiens ne sont pas nos  ennemis mais nos frères. Issus du même bateau en quelque  sorte. L'émigré  haïtien sur notre sol  ne réprésente aucun danger, ne développe ni délinquance ni terrorisme.

Non, nous n'oublions pas qu'Haïti est le premier pays, comme l'a dit Césaire, où la négritude se mit  debout. Nous n'oublions pas que c'est où, dans l'hsitoire de l'humanité, c'est la  première fois qu'a réussi une révolution anti-esclavagiste. Nous n'oublions pas Toussaint, Dessalines , Christophe et bien d'autres. Nous n'oublions pas que les Noirs, dans toute l'Amérique, au Nord, au Sud et dans toute  la Caraïbe rêvaient de fuir l'esclavage et de réfugier en Haïti qui demeura un symbole pour beaucoup de Noirs.

La France, pays dit des Droits de l'homme, ne doit pas oublier qu'elle a imposé à Haïti une dette, censée réparer la libération de l'esclavage, que le pays de Toussaint à du payer jusque sous la  IV° République. Un véritable scandale.
Si domine dans le monde un  système néolibéral qui permet la circulation des marchandises et de la  finance, nous n'oublierons jamais que les Haïtiens sont nos frères, comme tous ces peuples qui luttent sur la planète contre les  dominations de toutes sortes.

En toute fraternité, soyons tous présents samedi Place de la Victoire.

Jacky Dahomay

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires