Partagez sur

Partagez sur

Actualité en Guadeloupe, Martinique, Guyane et dans la Caraïbe !

Haiti. Un pays libre, indépendant, sans gang, ni troupes d’occupation

Haití. Un pays libre, indépendant, sans gangs, ni troupes d’occupation

Haití. Un pays libre, indépendant, sans gangs, ni troupes d’occupation

4/5

Port-au-Prince. Vendredi 8 mars 2024. CCN. La violence entre les gangs armés et la police s’est intensifiée la semaine dernière à Port-au-Prince, parallèlement à l’intensification des efforts de l’impérialisme américain pour obtenir l’envoi de troupes d’occupation en Haïti en application de la résolution 2699 du Conseil de Sécurité d’octobre 2023. Les principaux gangs du pays, qui contrôlent plus de 80 % de la capitale, ont attaqué le Palais National, l’aéroport de la capitale Toussaint Louverture et la principale prison du pays, libérant quelques 3000 prisonniers. Cette offensive militaire a lieu alors que le Premier ministre de facto, Ariel Henry, désavoué par la majorité du peuple haïtien mais soutenu par l’impérialisme américain, effectue une tournée internationale pour obtenir un soutien à l’occupation militaire étrangère.

Fin février, M. Henry a rencontré en Guyane les chefs d’État de la CARICOM, puis s’est rendu au Kenya qui, en échange d’une aide militaire américaine de 100 millions de dollars, s’est engagé à envoyer 1 000 soldats en Haïti. La plus haute cour du Kenya a interrompu le déploiement des troupes, mais le gouvernement continue de manœuvrer pour les envoyer.

Le sommet de la CELACLe sommet de la CELAC, qui a réuni les gouvernements d’Amérique latine et des Caraïbes au début du mois de mars, a également publié une déclaration soutenant la résolution 2699 et l’occupation militaire d’Haïti. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, était présent pour faire pression en faveur de l’intervention.

Dans le cadre de ses efforts pour légitimer l’occupation militaire étrangère, Ariel Henry s’est engagé, lors de la réunion de la CARICOM, à organiser des élections avant le 31 août 2025. Mais il n’a pas honoré ses promesses antérieures d’organiser des élections avant février 2024. Il convient de rappeler que sa nomination au poste de Premier ministre en 2021, à la suite de l’assassinat du président de l’époque, Jovenel Moïse, a été décidée par le Core Group, composé des ambassadeurs des gouvernements des États-Unis, du Canada, de la France, du Brésil, de l’Etat espagnol et de l’Allemagne, ainsi que de représentants de l’Union européenne, de l’ONU et de l’OEA. Sous son mandat, la détérioration accélérée du pays qui a caractérisé les gouvernements de droite de Martelly et de Moïse du PHTK, également soutenus par l’impérialisme américain et européen, s’est poursuivie.

Les forces répressives kenyanes ont un long passé de crimes contre leur propre peuple. En juillet 2023, face aux manifestations contre les mesures économiques antipopulaires du gouvernement de William Ruto, la répression policière a fait plus de 20 morts. D’autres gouvernements des Caraïbes et d’Afrique ont également été soudoyés par l’impérialisme américain pour faire partie du contingent d’occupation en Haïti, notamment les Bahamas, la Jamaïque, le Sénégal, le Belize, le Burundi, le Tchad et le Bénin. Ils tentent de rééditer l’expérience ratée de la MINUSTAH, dirigée par les troupes brésiliennes envoyées par Lula da Silva entre 2004 et 2017, rejointes par des troupes d’autres gouvernements prétendument progressistes de la région, tels que l’Argentine, l’Équateur, la Bolivie, l’Uruguay et le Chili. Ces troupes ont commis de graves crimes contre le peuple haïtien, généré une épidémie de choléra qui a tué des milliers de personnes et ont été coresponsables de la création des conditions dans lesquelles les mafias criminelles ont prospéré, soutenant le régime issu du coup d’État de 2004 et ses gouvernements antipopulaires au service de la bourgeoisie haïtienne.

À l’instar des gangs d’Amérique centrale ou des cartels de la drogue mexicains, les gangs haïtiens sont approvisionnés en armes par les États-Unis et financés par le trafic de drogue et l’extorsion, en concluant des accords avec des politiciens et des hommes d’affaires. Les affrontements entre les gangs et leurs actions contre la population ont fait environ 4 000 morts et 3 000 kidnappés en 2023, tandis que plus de 300 000 personnes ont été déplacées de force. La production agricole a été endommagée par les attaques des gangs contre la paysannerie.

L’État haïtien compte près de 10 000 policiersL’État haïtien compte près de 10 000 policiers dans un pays d’environ 11 millions d’habitants. Au cours de l’année écoulée, on estime que plus de 1 000 policiers ont émigré aux États-Unis. Des gangs ont également infiltré la police. L’impérialisme entend compenser le déficit répressif de la bourgeoisie haïtienne par une occupation étrangère afin de perpétuer la soumission du peuple haïtien à des gouvernements illégitimes, corrompus et serviles dans l’intérêt des États-Unis et des puissances européennes.

Il est très grave que dans une situation d’asphyxie économique et sociale, avec un salaire minimum journalier qui équivaut à moins de 4 dollars et un taux d’inflation annualisé de plus de 20%, alors que la faim augmente, le gouvernement de facto d’Ariel Henry ait versé fin février 500 millions de dollars au gouvernement vénézuélien pour les dettes Petrocaribe. En 2018, des milliers de personnes se sont mobilisées contre la corruption dans la gestion de ce fonds. Les gouvernements ont reçu environ quatre milliards de dollars grâce au système de financement Petrocaribe, dont la majeure partie a été détournée. Tout paiement lié à cette dette aurait dû provenir uniquement de l’argent des corrompus et des oligarques qui se sont enrichis grâce à Petrocaribe, et non des fonds publics nécessaires pour répondre aux besoins urgents en matière d’alimentation, de santé, d’éducation et d’accès à l’eau et à l’électricité. Nous exigeons que les termes de la négociation de la dette Petrocaribe soient rendus publics.

mobilisation du peuple haïtien contre le gouvernement d’Ariel HenryMalgré les terribles difficultés, la mobilisation du peuple haïtien contre le gouvernement d’Ariel Henry et la récente mobilisation pour la défense du canal d’irrigation de Ouanaminthe montrent que le mouvement de masse a encore un grand potentiel. Il y a également eu des tentatives d’auto-organisation communautaire pour affronter et expulser les gangs des quartiers populaires. Le défi est, au milieu des énormes difficultés que présente la situation, de faire des pas vers l’unité de ceux qui, à gauche, misent sur un gouvernement de la classe ouvrière et des communautés populaires et paysannes, ainsi que de la jeunesse, afin de rendre visible une alternative politique différente des organisations de la bourgeoisie et des mafias, tant sur le terrain de la mobilisation que dans un éventuel processus électoral.

Dans toute l’Amérique latine et les Caraïbes, nous devons nous mobiliser en solidarité avec le peuple haïtien. Dans les pays des Caraïbes et d’Afrique dont les gouvernements s’apprêtent à envoyer des troupes, nous devons nous opposer à ces plans au service de l’impérialisme américain et européen. Dans les pays dont les gouvernements sont membres du Core Group, exiger la dissolution de cet instrument d’asservissement politique qui viole le droit du peuple haïtien à l’autodétermination, en particulier face aux gouvernements qui se prétendent démocratiques ou même de gauche, comme celui de Lula au Brésil. Nous appuyons l’exigence du peuple haïtien de voir partir le gouvernement illégitime et antipopulaire d’Ariel Henry, soutenu par l’impérialisme. Nous soutenons la lutte contre les gangs criminels qui cherchent à terroriser les communautés urbaines et rurales. Pas de troupes d’occupation et pas de gangs. Toute la dette extérieure doit être annulée et les États-Unis et la France doivent payer des réparations pour leurs crimes historiques contre Haïti. Pour l’unité des travailleurs haïtiens afin qu’ils prennent leur destin en main et qu’ils surmontent la crise actuelle.

Unité Internationale des Travailleuses et des Travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-QI)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ccnfirst.COM

Bienvenue sur le portail

Actualité, Événements,
Bons plans des Îles du Sud
Les acteurs du développement
de la Guadeloupe de demain.
Le festival de la
bande-dessinée et du manga .
Portail Caribéen
Média et Com