Partagez sur

Partagez sur

Actualité en Guadeloupe, Martinique, Guyane et dans la Caraïbe !

Venezuela : Après 25 ans, la révolution est toujours debout !

Venezuela : Après 25 ans, la révolution est toujours debout
Hugo Chávez Frías

Venezuela : Après 25 ans, la révolution est toujours debout

4/5

Caracas. Jeudi 8 février 2024. CCN/RESUMEN. Si l’histoire n’est pas réduite à un musée, les dates et les anniversaires rappellent la lutte des classes opprimées, qui ont construit ou subi ses cours et ses ressources. Si l’histoire n’est pas réduite à la parodie, elle célèbre les moments et les figures qui ont interprété sa signification en anticipant les sauts et les ruptures et ajoute de nouvelles pages au livre du futur. Et de nouveaux drapeaux sont hissés.

Si l’histoire des révolutions ou de leurs tentatives n’est pas remise aux tribunaux ou aux spécialistes des théories du complot, comme c’est le cas dans l’Europe “très civilisée”, les jeunes peuvent hisser de nouveaux drapeaux, même à partir de défaites.

C’est ainsi que, à l’occasion du centenaire de la mort de Lénine, nous pouvons comprendre, suivre et valoriser l’effort de nous souvenir de l’histoire, en tant que professeur de lutte et de vie, que la révolution bolivarienne fait constamment, et même avant cela la révolution cubaine, insérée dans le cours de celles qui l’ont précédée. Ainsi, nous pouvons comprendre, chaque année, l’hommage à un mois de février marqué par les révoltes, la fierté et les victoires. Un hommage qui n’est pas un rituel, mais un guide d’action, un avertissement de ne pas oublier les jours 2, 4 et 27 février.

Le calendrier des années nécessiterait de les lire à l’envers, à partir de ce 27 février 1989 où, avec le Caracazo, le premier cri du peuple contre le néolibéralisme est apparu, qui s’était proclamé comme la seule voie après la chute du mur de Berlin ; une chute qui a anticipé la fin de 70 ans de grande peur vécu par la bourgeoisie. Une date qui a germé dans la rébellion civilo-militaire du 4 février 1992 et qui a révélé au monde l’homme qui changerait le destin du Venezuela, le lieutenant-colonel Hugo Chávez Frías de l’époque.

Le commandant qui, une fois libéré de prison, savait comment rassembler toutes les forces saines du pays et gagner les élections du 6 décembre 1998. Un président choisi non pas par Washington, mais par l’enthousiasme populaire qui, selon tous les sondages, serait aujourd’hui confirmé par encore plus des 56,20 % des voix, obtenues alors par rapport aux 40 % du candidat à l’oligarchie, Henrique Salas.

Le 2 février 1999, Chávez a pris le pouvoir. En recevant la cinse présidentielle de Rafael Caldera, son prédécesseur, il a prononcé un bref discours qui est entré dans l’histoire : “Je jure devant Dieu, je jure devant le pays, je jure devant mon peuple sur cette Constitution mourante, que je promourai les transformations démocratiques nécessaires pour que la nouvelle République ait une Magna Carta adéquate pour le nouveau Times. Je le jure ! ».

Le même jour, il a décidé de tenir la principale promesse de sa campagne électorale, en publiant le décret n° 3, qui demandait un référendum consultatif afin que les électeurs puissent décider de la nécessité de convoquer une Assemblée constituante nationale (ANC). Une décision qui devrait être prise par de nouveaux moyens, sans passer par une réforme de la Constitution, comme le prévoit la Magna Carta de 1961 selon les critères de la démocratie représentative. Pour cette raison, déjà au cours du mois de janvier, avant d’assumer officiellement la présidence, le commandant avait formé la Commission constituante présidentielle, qui avait pour mission d’orienter la voie vers le nouvel ANC, de refonder la république et de créer un nouveau cadre juridique.

Mais était-il légitime d’appeler à un processus constitutif sans avoir d’abord réformé la « constitution moribonde » qui ne prévisageait pas le mécanisme ? La décision populaire aurait-elle plus de pouvoir que le précédent établi ? L’article 3 du référendum consultatif prévoyait deux questions auxquelles il fallait répondre par un “oui” ou un “non”.

Le premier a dit : « Convoquez-vous une Assemblée nationale constituante dans le but de transformer l’État et de créer un nouveau système juridique qui permet le fonctionnement efficace d’une démocratie sociale et participative ? » Et le second a demandé : « Autorisez-vous le président de la République à établir, par un acte de gouvernement, après avoir entendu l’avis des secteurs politique, social et économique, les bases du processus électoral dans lequel les membres de l’Assemblée nationale constituante ? »

Les Chavistas de la première génération se souviennent à quel point la discussion était animée, également sur l’interprétation qui devrait être donnée à deux décisions de la Chambre politico-administrative de la Cour suprême de justice sur le référendum consultatif et sa compétence, rendues le 19 janvier 1999. En annonçant le style qui caractériserait toujours sa politique, le commandant a utilisé cette partie de la phrase qui célébrait l’importance de la souveraineté populaire par rapport au pouvoir constituant, et a fait exploser la force collective dans ce conflit politico-institutionnel, qui ne pouvait pas se terminer par un simple différend juridique : il aurait été suffisant, a déclaré Chávez, que le peuple manifeste en faveur de l’Assemblée constituante pour la convoquer. Et l’Assemblée nationale constituante aurait eu des pouvoirs plénipotentiaires supérieurs à ceux de tous les pouvoirs existants.

Il a été approuvé par 88 % des citoyens lors du référendum du 25 avril 1999, dans le but de rédiger une nouvelle Magna Carta en 180 jours. Sur cette base, Chávez a convoqué des élections pour le 25 juillet de la même année qui éliraient les députés du nouveau parlement. La Constitution a été ratifiée par un deuxième référendum le 15 décembre 1999 et des élections présidentielles et parlementaires ont eu lieu en juillet 2000 sur la base de la nouvelle Magna Carta.

Trois sièges, sur 131 parlementaires, ont été réservés aux délégués autochtones, qui ont également obtenu les votes pour deux autres. Chávez avait déjà rendu hommage aux peuples autochtones dans son discours d’investiture présidentiel, se souvenant “du cri des Caraïbes, du cri des Indiens de notre race qui savaient comment défendre leur dignité avec courage et bravoure : “ana karina rote, aunicon itoto paparoto mantoro itoto manto”.

La rédemption des impuissants au-dessus de l’arrogance impérialiste. La marche des opprimés sur le palais des puissants. Dans son mémorable discours d’investiture, le commandant a rappelé le chemin de Bolívar et a ainsi annoncé un autre grand axe de sa politique, basé sur l’intégration latino-américaine et l’anti-impérialisme, clairement présent dans chacun de ses discours et dans chaque événement organisé pour rassembler et multiplier les forces au niveau international.

Avec sa voix ferme, il a proclamé : “Nous sommes un peuple de libérateurs et maintenant nous devons le démontrer à nouveau avant l’histoire et devant le monde entier. C’est pourquoi je dis que nous avons un moyen d’accomplir la tâche, nous avons la force que nous apportons des siècles ; nous avons le courage accumulé de nombreuses années ; et maintenant, conscient de la force que vous avez, que nous, les Vénézuézuéliens, nous appelons tous à appliquer vigoureusement notre force pour sauver la patrie, pour la reconstruire, afin qu’une démocratie large et solide soit vraiment née ; afin que les lumières et la morale s’épanouissent au Venezuela. Comme l’a dit Simón Bolívar à Angostura : La morale et les lumières sont nos premiers besoins. La morale et les lumières sont les pôles de la République. »

Puis, en se souvenant du serment bolivarien de Samán de Güere, qu’il a répété lorsqu’il était jeune officier : « Je ne donnerai pas de repos à mon bras ni de repos à mon âme, jusqu’à ce que nous voyions brisées les chaînes qui oppriment notre peuple : les chaînes de la faim, les chaînes de la misère ». Chávez a promis que, en tant que président, il prendrait cet engagement en tant qu’autre soldat : non pas pour lui-même, mais comme un instrument de l’histoire ; “poussé par un ouragan, un bel ouragan, un ouragan qui construira un nouveau Venezuela, et cet ouragan n’est autre que le peuple vénézuélien. Donc, à partir d’aujourd’hui, je deviens votre instrument ; je suis seulement et je remplirai le mandat que vous m’avez donné », a-t-il déclaré.

En écoutant à nouveau ses paroles aujourd’hui, nous comprenons pourquoi, après 25 ans d’obstacles et d’attaques, qui ont commencé immédiatement après ce 2 février, la révolution est toujours debout et a produit un leadership collectif déterminé à suivre ses traces, maintenant dirigé par Nicolás Maduro. Et nous comprenons où Nicolás a trouvé la force de confier le destin de la révolution et sa propre vie aux mains du pouvoir d’origine, lorsque, en 2017, il a fait appel à une Assemblée nationale constituante pour rétablir la paix dans le pays.

Même alors, comme en 1999, il y avait ceux qui ont essayé d’emmêler les gens dans un certain détail juridique, ce qui n’était pas pertinent ; mais ensuite ils se sont évaporés, pour recommencer à aboyer pour suivre la voix de leur maître, essayant toujours de plier les institutions à leurs intérêts personnels. Jeter la pierre et cacher la main était également la marque de fabrique de la politique dans la Quatrième République, comme elle continue de l’être dans les pays européens, où les États et les parlements sont des comités d’affaires de la bourgeoisie internationale.

Et cela continue d’être la figure de l’extrême droite vénézuélienne, qui présente également les mêmes visages du coup d’État qu’avant : jeter la pierre et cacher la main, attaquer les institutions, puis y recourir, et les délégitimer un instant plus tard, en courant pour se cacher derrière le maître américain. Et, par conséquent, le peuple a pleinement compris le « pour l’instant » prononcé par Chávez après la défaite de la rébellion du 4 février. Pour cette raison, il a reconnu et récompensé le sacrifice de ces jeunes officiers qui ont toujours su assumer leurs responsabilités, en mettant les intérêts collectifs avant les intérêts individuels.

Cinq ans après le massacre de Caracazo, alors que le capitalisme annonçait la “fin des idéologies” et la fin d’un horizon de rédemption pour les classes populaires, dans la caserne vénézuélienne, un nouveau mouvement révolutionnaire et patriotique a commencé, que Chávez a organisé “autour des rêves et de l’utopie bolivarienne”. Une vision qui, comme son frère aîné, Adan, alors déjà formé au marxisme, l’avait influencé dès son plus jeune âge, stimulant sa sensibilité aux injustices sociales et l’amenant à écouter les histoires des révolutionnaires et à étudier l’histoire.

« L’histoire m’absoutra », a-t-il dit, en paraphrasant Fidel. Et il a toujours rempli les concepts exprimés dans son premier discours en tant que président, conscient d’être un instrument d’une grande histoire. Comme Fidel, le commandant s’est toujours souvenu de l’importance d’avoir lu, secrètement, en tant que cadet, à la fois le Livre rouge de Mao et Ce qu’il faut faire de Lénine. Un livre, a-t-il dit, qu’il aurait aimé donner à Obama.

À l’Académie militaire, il a réfléchi à ce qui s’était passé et se passait sur le continent latino-américain : du coup d’État au Chili contre Allende, aux processus de libération nationale dirigés par Juan Velasco Alvarado au Pérou et Omar Torrijos au Panama. Pour cette raison, avec ses compagnons, il a combattu de manière décisive la tentative des médias de les assimiler aux “gorilles” sud-américains dans le salaire de Washington. Et, pour cette raison, depuis le 4 février, il a construit une force armée anti-impérialiste en union civilo-militaire, basée sur une nouvelle doctrine militaire et le concept de défense globale de la nation.

Bien que ce soit en 2004 que le caractère anti-impérialiste de la révolution bolivarienne a été décrété, comme le montre son discours du 2 février et toutes les déclarations qu’il a faites précédemment, le commandant était déjà un anti-impérialiste convaincu de son temps à l’Académie militaire. Et, en 1994, à la prison de Yare, lorsqu’il a rédigé une première ébauche de la Déclaration programmatique du MBR200, il a déclaré : « Nous envisageons un monde contradictoire, tripartite dans l’économie, unipolaire dans l’armée. Combien de temps cette contradiction peut-elle exister ? Il est difficile de répondre à cette question, mais l’impossibilité de savoir permet à la diversification des contacts d’arrêter toute hypothèse. Il y a quelque chose qui nous semble urgent. C’est la recherche d’alliés populaires dans les pays développés du monde. Dans tous d’entre eux, il y a déjà une gauche en substance, ou potentiellement, qui sympathisera et aidera les mouvements insurgés d’Amérique latine… »

En ce qui concerne le 4 février, “il y a encore beaucoup à retenir et beaucoup à écrire”, a déclaré le capitaine Diosdado Cabello lors de la présentation, à Filven 2023, du livre avec des interviews de Chavez avec José Vicente Rangel. Pas seulement des anecdotes, mais des leçons à apprendre et des livres à écrire afin qu’ils puissent former d’autres générations de révolutionnaires.

Geraldina Colotti

Source : Internationaliste 360

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ccnfirst.COM

Bienvenue sur le portail

Actualité, Événements,
Bons plans des Îles du Sud
Les acteurs du développement
de la Guadeloupe de demain.
Le festival de la
bande-dessinée et du manga .
Portail Caribéen
Média et Com